Partagez | 
 

 Connie Hearts [Cracmole - Prédéfinie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  
Si j'ai l'air blasée ? J't'en pose moi des questions duc**
avatar
Si j'ai l'air blasée ? J't'en pose moi des questions duc**

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Citylove
ϟ CELEBRITE : Jessica Alba

ϟ Féminin
ϟ Sagittaire
ϟ Cheval
ϟ AGE : 27
ϟ HIBOUX : 20
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 29/07/2012
ϟ GALLIONS : 14
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 35 ans
ϟ PROFESSION : Infirmière

(#) ♣ Connie Hearts [Cracmole - Prédéfinie]

par la plume de Connie Hearts ϟ Posté Dim Juil 29 2012, 22:48



Connie Hearts
« cracmole »

Certains naissent sous une bonne étoile, moi pas

Je suis représenté(e) par JESSICA ALBA

¤ NOM : HEARTS
¤ PRÉNOM : CONNIE
¤ AGE [../../..] : [23/12/1967] 34 ans
¤ NATIONALITÉ :
¤ HABITATION :
¤ PROFESSION / ANNÉE (élèves) : infirmière dans un dispensaire à la sortie de Cardiff [Pays de Galles]
¤ SITUATION : CELIBATAIRE
¤ ENFANTS : //
¤ SANG : MÊLÉ
¤ CAMP : NEUTRE
¤ PATRONUS : //
¤ EPOUVANTARD : SE RETROUVER TOTALEMENT SEULE
¤ BAGUETTE : //
¤ DON : //

Calm or lunatic - Mon caractère


Si je devais choisir un seul mot, je dirais amère. Je suis une cynique née. Ou plutôt non, une cynique créée. A force d'être l'erreur, la déception, la tarée, la fille facile, de me taper échec sur échec et désillusion sur désillusion, forcément il y a eu un moment où j'ai fini par développer un moyen de me protéger contre les saloperies que le monde s'acharne à m'envoyer à la figure. Alors si, aux yeux de tous, je suis une fille adorable et serviable, ceux qui me connaissent vraiment savent que je suis une langue de pute finie. Au point que j'ai presque l'impression d'être bipolaire parfois.
Et paradoxalement, malgré tout ça, je suis une fleur bleue de catégorie olympique. Je rêve du prince charmant, j'ai beau m'être tapé tous les loosers du coin, je ne désespère pas de trouver le bon et c'est ce qui fait que je continue à me prendre déception sur déception. C'est pareil avec Sirius, je sais que je ne devrais pas m'attacher, qu'il finira par se tirer sans dire au revoir un jour et pourtant je m'attache de plus en plus. Dans le fond je dois être masochiste. Marie dit que je crois juste en la bonté humaine malgré mon cynisme, que c'est ma façon de ne pas me tirer une balle dans le ciboulot et que c'est aussi pour ça que j'aide ceux qui sont dans le besoin, pour avoir l'impression que le monde n'est pas aussi horrible qu'il paraît. Enfin, la psychologie de comptoir de Marie, moi je n'y crois qu'à moitié. Après tout, elle est profondément convaincue que Dickinson est un gay refoulé qui n'est pas satisfait sexuellement avec sa femme et que c'est pour ça qu'il est aussi chiant -moi je pense juste que c'est un con de première et peu importe la raison- alors ces conseils voilà quoi ...

Adventure - Mon histoire


-HEARTS !!! Pourquoi il n’y a personne à l’accueil ? Je croyais vous avoir dit de vous en occuper !
-Non monsieur. Vous m’aviez dit de m’occuper des blessés urgents, ce que je fais en ce moment même. L’accueil c’était à Marie de le prendre en charge.
-Ah oui, c’est vrai. Mais où est-elle celle-là encore ? BROWN !!!!
-Il est toujours aussi agréable ou c’est un mauvais jour parce qu … AOUCH !
-Désolée, je devais m’assurer de bien désinfecter la plaie avant de commencer à recoudre. Quant à Dickinson, il est dans un bon jour aujourd’hui. Il est dix heures du matin et c’est la première fois qu’il crie. On peut s’estimer heureux.
-Je n’aimerais pas être à votre place.


Moi non plus je n’aime pas être à ma place et pourtant j’y suis alors garde tes remarques à deux livres cinquante pour toi tu veux ? Déjà quand on n’est pas fichu d’utiliser une scie électrique sans se bousiller le bras au passage, on ne joue pas au bricoleur du dimanche. Et ce sourire que tu crois charmant te donne un air de pervers fini. En même temps, j’aurais dû le savoir quand je me suis retrouvée à m’occuper de toi, je ne tombe jamais que sur les loosers de service.


-C’est gentil de vous préoccupez de moi mais j’y suis habituée désormais.

Et vas-y que je te fais un sourire de circonstance.

-Voilà, vous êtes comme neuf, vous pouvez y allez et faites plus attention la prochaine fois, une scie n’est pas un jouet.
-Oh ne vous inquiétez pas, ce n’était qu’un accident, je suis très adroit de mes mains habituellement.


Mais bien sûr, la scie a décidé de son propre accord de réduire ton avant-bras en charpie, ça n’avait rien à voir avec toi. Allez casse-toi avant que je ne perde patience. La journée vient à peine de commencer, je ne peux pas me permettre de laisser mon cynisme naturel faire son apparition ou ça va mal finir, alors fais-moi le plaisir de prendre tes clics et tes claques et d’aller voir ailleurs si j’y suis. Merci. Voilà, c’est ça, tu te lèves et tu t’en vas.

-Suivant !
-Ah au fait Mademoiselle …


Oh par les chaussettes du vieux Merlin, quoi encore ?

-Oui, que puis-je encore pour vous ?
-Je me demandais si …


Oh non pitié pas ça …

-Vous seriez libre ce soir pour boire un café en ma compagnie ?

Plutôt tomber la tête la première dans une mare de bouse de dragon.

-Non, je suis désolée, je suis déjà prise. Merci tout de même pour l’offre, c’est flatteur.
-Oh d’accord. Vous passerez le bonjour au chanceux de ma part.
-Promis, au revoir. Faites attention à ne pas arracher les points de suture.


Bon sang de bonsoir, j’ai cru qu’il ne se casserait jamais !

-Depuis quand tu as un rendez-vous ce soir toi ?
-Depuis qu’ils passent L’arnaque avec Redford et Newman sur la trois, les deux hommes de ma vie, je n’aurais raté ça pour rien au monde.
-Tu sais qu’un homme pour de vrai, ça ne te ferait pas de mal une fois de temps en temps ?
-Si c’est pour me taper un looser pareil, non merci. Robert et Paul me suffisent.
-Bah quoi il était mignon, non ?
-Dans le genre incapable de faire quoique ce soit avec ses dix doigts, oui. Sans compter que Newman et Redford sont également très mignons.
-Tu as des standards trop élevés c’est pour ça que tu es encore célibataire Co’, il faut arrêter d’être aussi élitiste.


Élitiste ? Laissez-moi rire ! Je suis le portrait même de la ratée. Petite dernière d’une famille de sorciers brillants, une Serdaigle et un Gryffondor, une tête et un joueur de Quidditch de niveau international que demander de plus ? Une Cracmole bien sûr. Car oui, votre dévouée serviteur n’a pas une once de magie en elle, comme ses parents se sont faits un plaisir de le lui rappeler avec dégoût durant toute son enfance. Mais fais un effort ! Essaye ! Tu le fais exprès c’est forcé ! Une Hearts ne peut PAS être Cracmole ! Le problème vient forcément de toi ! Qu’est-ce que tu as fait ? Aaah mais pourquoi tu ne pouvais pas être plus comme ton frère et ta sœur, ils ne nous ont jamais posé problème eux ?! Et j’en passe et des meilleures. Pas les meilleures années de ma vie. Pas que les suivants aient été mieux mais quand même.

En effet, quand il a été clair que je n’irais pas à Poudlard malgré les espoirs fous de mes géniteurs, ils m’ont envoyé dans un pensionnat de haute catégorie loin de la maison sous prétexte de me fournir la meilleure éducation moldue possible pour que je ne sois pas un désastre complet -en réalité je pense qu’ils ne supportaient juste plus d’avoir leur échec sous les yeux à longueur de journée. Les premières années ont été dures, je n’arrivais pas à m’adapter au monde moldu, il me manquait tous les repères culturels et j’ai vite été étiqueté « tarée ». Puis la puberté a frappé à ma porte et j’ai développé un corps de femme. Terrible erreur de la nature, j’aurais préféré rester une planche à pain pour le restant de mes jours. Au moins j’aurais eu la paix. Parce que tout d’un coup, je suis passé de la folle que personne ne voulait approcher au trophée qu’il fallait forcément avoir eu à son tableau de chasse. Ce qui ne m’a pas apporté que des amies. Coups de putes et cœur brisé à foisons, voilà comment résumer cette période de ma vie. J’ai fini par donner ma virginité au connard en chef, j’ai nommé le capitaine de l’équipe de rugby. Il était beau et charmeur, il m’a totalement embobinée, m’a fait croire que j’étais spéciale mais, évidemment, le lendemain il s’est contenté de raconter à l’école entière que je n’étais pas aussi bonne qu’il l’avait cru. Parallèlement, ça a facilité ma vie, les mecs me courraient moins après.

Je retiens de cette époque une envie d’étrangler tout représentant de la race masculine. D’autant plus que je n’attire que les connards finis. Je devrais le savoir à force que lorsqu’un mec me fait de l’effet et qu’il a l’air gentil, c’est mauvais signe, il y a forcément anguille sous roche, mais rien à faire, je me fais avoir à chaque fois comme une débutante. C’est rageant ! Alors je me noie dans le travail. La dernière déception de mes parents. Je me souviens encore du jour où je leur ai annoncé.


Début flashback

-Papa, maman, j’ai été embauchée dans un dispensaire à la sortie de Cardiff.
-Tu veux dire un hôpital ?
-Non, maman, un dispensaire. Un centre médical gratuit pour nécessiteux.
-Mais enfin pourquoi ? Ton père et moi n’avions déjà pas compris pourquoi tu t’étais contentée de l’école d’infirmières alors que tu aurais pu être chirurgienne ou cardiologue ou n’importe quoi d’autre, mais choisir un refuge pour SDFs et autres âmes perdues, enfin Connie je ne te reconnais plus ? Que t’est-il arrivé ?
-Rien maman, je suis toujours la même déception de toujours, j’ai juste arrêté de tenter de te satisfaire, il est clair que je n’y arriverais jamais. A la place, j’aide ceux qui en ont vraiment besoin. Tu sais, serment d’Hippocrate et tout le toutim ?
-Connie, ne parle pas à ta mère sur ce ton !
-Oui, c’est vrai Co’, calme-toi, personne ne pense que tu es une déception.
-Oh Jill, arrête de mentir ! Tu sais bien que c’est faux ! Tu es la Magihistorienne à la mode, Fabian est la coqueluche des Flèches d’Appelby et moi je suis quoi ? La Cracmole de service ! Papa et maman ne s’en sont jamais remis ! Et maintenant, j’ai fini de briser leurs rêves, même en tant que Moldue, je suis une ratée !

Fin Flashback


Je suis partie juste après en claquant la porte violemment. J’ai entendu la voix de Jill crier mon nom mais je n’en avais que faire. Je voulais juste que quelqu’un me dise qu’il était fier de moi, était-ce si dur à comprendre ? Rien qu’une fois, une seule petite fois. Est-ce tant demander ? Apparemment oui. A la place, je suis allée dans un bar et je me suis laissée aller à croire que les compliments du mec assis en face de moi n’étaient pas uniquement destinées à finir entre mes jambes. Encore une erreur monumentale. Heureusement que je fais au moins toujours attention à me protéger, il n’aurait plus manqué que je finisse enceinte ou avec une saloperie quelconque.

Et depuis ce jour-là, vous vous demandez ? Et bien le schéma se répète à l’infini. Ma vie quotidienne me rend de plus en plus amère, et soudain une lettre de ma sœur ou de mon frère -mes parents ne m’adressent plus la parole depuis plusieurs années, lorsque je leur ai finalement dit ce que je pensais d’eux à un dîner de Noël un peu trop arrosé- amène une terrible vague de nostalgie, je me sens seule et je cours les bars à la recherche d’un corps viril qui me donne l’impression de compter pour quelqu’un. Marie dis que ce n’est pas sain, que je devrais envisager de voir un psy ou une connerie du style. Mais qu’est-ce que je vais lui dire ? Oui, bonjour Madame, alors, voyez, mon problème c’est que je suis une sorcière qui n’a jamais développé de pouvoirs magiques et ça me rend amère. Je serais enfermée de suite. Quand à aller voir un Psychomage, non merci, pas besoin de voir la pitié pour la pauvre petite Cracmole dans ses yeux. Alors, je continue ma routine pour aussi malsaine qu’elle soit. Ou plutôt je continuais. Parce que depuis lui je n’y arrive plus.


Lui, c’est Sirius Freaking Black. Oui, oui, vous avez bien entendu. J’ai rencontré le sorcier le plus recherché de toute la Grande-Bretagne. Pour sa défense, il ne pouvait décemment pas s’attendre à tomber sur le seul dispensaire de tout le pays où travaille une Cracmole. Au début, j’ai cru que j’hallucinais. C’était forcément un mec qui lui ressemblait, pas d’autre possibilité. Mais quand j’ai vu la façon qu’il avait de regarder certains objets moldus avec incompréhension, ça a fait sonner toutes mes alarmes intérieures. Au cas où, je n’ai rien dit. Sauf que je n’ai pas pu m’empêcher de le mater durant toute la consultation. Il faut dire aussi que sa réputation n’est pas volée, la fuite lui réussit, il était beau comme un dieu. Exactement le genre de mec qui me plait. Viril, fort, avec un petit air de bad boy qui en a vu d’autres. Alors je ne sais pas ce qui m’a pris, quand il repartait, je lui ai fourré mon numéro dans la main.

C’était un geste désespéré, je n’en espérais rien et, même au contraire, je me suis trouvée profondément stupide après coup. Je ne savais même pas s’il savait se servir d’un téléphone, il vient d’une des plus vieilles familles de Sang-Pur après tout, le monde moldu ce n’était clairement pas son truc. Et puis, même s’il savait s’en servir, pourquoi rappellerait-il une infirmière quelconque du fin fond du Pays de Galles, alors qu’il fuyait tous les Mangemorts du pays ? Et pourtant le miracle -car il n’y a pas d’autre mot pour décrire ce qui s’est passé ce jour-là- a eu lieu, et il a appelé quelques jours plus tard. J’ai dû me forcer à ne pas sauter de joie. Il voulait me revoir, moi et rien que moi !

On a fait l’amour toute la nuit, le meilleur sexe de ma vie. Il est doué comme personne et en plus il est tendre. Peut-être que ce n’était dû qu’au fait qu’il ne doit pas avoir beaucoup de contact avec le monde extérieur et que, pour une fois, il voulait se sentir aimé aussi, je ne sais pas mais le fait est que j’en ai profité à fond. Je savais que c’était la chance d’une vie. Je me fichais d’être une fille de plus, que tout ne soit qu’une histoire sans lendemain entre deux âmes perdues, c’était mon moment, ma nuit, mon homme.

Evidemment, le lendemain matin, il avait disparu sans laisser de traces, je me suis demandé s’il avait transplané ou pas. Sur le coup, j’ai failli pleurer mais je me suis vite reprise. J’avais eu une superbe nuit, je ne la gâcherais pas en me lamentant désormais sur mon sort. J’ai donc repris le travail et quelle ne fut pas ma surprise lorsque trois mois plus tard, je le vis devant la porte du dispensaire, de nouveau blessé. Il me fit son demi-sourire de chien battu, celui qui ferait craquer n’importe qui et je décidai que c’était le moment ou jamais. Il ne reviendrait pas une troisième fois, alors je ne risquais rien à lui avouer qui j’étais. Au cas où, je le fis tout de même pendant que je le soignais pour ne pas qu’il puisse s’enfuir. Puis, je lui expliquais que je n’avais nullement l’intention de lui dicter sa conduite mais que, s’il venait à repasser dans le coin, j’avais vraiment apprécié le sexe alors voilà, l’offre d’une nouvelle nuit dans mes draps tenait toujours. Et le fait est qu’il est revenu plus d’une fois. Personne n’est au courant autour de moi, même pas Marie qui est la personne de qui je suis le plus proche. Je n’ai pas besoin de l’entendre me dire qu’il faudrait que j’essaye de lui passer la bague au doigt au lieu de me contenter d’un coup tous les trente-six du mois. Je sais que ça n’arrivera jamais, il est poursuivi, et même si ce n’était pas le cas, je ne suis qu’un plan cul pas un engagement à long terme ça a été clair depuis le début de notre relation alors pas la peine de me faire de faux espoirs pour rien.


Et pourtant, comme si ma vie n’était pas déjà assez compliquée comme ça, je suis bien obligée de reconnaître progressivement les signes annonciateurs de la catastrophe. Le cœur qui bat quand un homme lui ressemblant entre dans la clinique, le manque quand je sens un homme portant son eau de toilette, l’envie de son corps contre le mien quand je suis seule dans mon lit … je suis en train de tomber amoureuse de lui ! Moi qui était si bien avec seulement Robert et Paul dans ma vie, pourquoi a-t-il fallu y rajouter un Sirius ?
[/i]


Et en vrai ?

En réalité, je m'appelle Cap'tain Tapioca. J'ai atteins l'âge de 21 ans et j'habite en/au nom du pays/ville. J'ai connu Avada Kedavra par XXX. Mes icônes ont été réalisés par © XXX. Je pense être présent(e) sur le forum 7 jours sur sept et pour être sûr(e) que je serais validé(e) rapidement, je déclare que OK.
Revenir en haut Aller en bas
« Valideur de fiches  »
avatar
« Valideur de fiches »

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : smoothie
ϟ CELEBRITE : Choixpeau

ϟ HIBOUX : 51
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 25/06/2012
ϟ GALLIONS : 3
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 1000 ANS
ϟ PROFESSION : Répartiteur

(#) ♣ Re: Connie Hearts [Cracmole - Prédéfinie]

par la plume de Choixpeau Magique ϟ Posté Sam Aoû 04 2012, 22:13



Votre fiche est désormais validée. Vous avez passé les tests d'AK avec brio et vous venez d'être admis(e) dans le groupe des Cracmols. Désormais, vous pouvez faire votre demande de RP dans ce forum. Vous pouvez, dès maintenant, venir discuter avec les autres joueurs dans ce forum. Vous pouvez également créer votre journal intime dans ce forum. Vous pouvez demander un parrain dans ce sujet. Vous désirez avoir un rang alors cliquez ici. Venez recenser votre patronus ici, ceci est obligatoire.

BON JEU SUR AK

Revenir en haut Aller en bas
 

Connie Hearts [Cracmole - Prédéfinie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Règlement de l'école :Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avada Kedavra :: 
♔ paperasse ♔
 :: 
¤ La voix de la Vérité ¤
 :: Photo de classe :: Fiches Validées
-