AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  
Une grande bibliothèque avec un gros chat
Une grande bibliothèque avec un gros chat

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Chevalisse
ϟ CELEBRITE : Max Irons

ϟ HIBOUX : 191
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 27/07/2012
ϟ GALLIONS : 176
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 26 ANS
ϟ PROFESSION : BIBLIOTHECAIRE

(#) ♣ Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Lun Juin 10 2013, 16:42 ϟ





"Kyles Rulin & Morgan Evans"




Plutôt mourir libre qu'enfermé...


J’ai froid. J’ai faim. Les couloirs du Ministère me paraissent si sombres. Le sang ingurgité quelques minutes plutôt m’a fait du bien. Cela me permet de bouger un peu mes doigts et mes pieds. Je sais que cela ne durera pas longtemps. Mon exposition au soleil a fait des dégâts sur mon corps. Je le sais. Je le sens surtout. La cage est emmené dans les sous-sols du Ministère. Là, où il y a les cellules de détention. A vrai dire, je ne comprends pas bien ce qu’ils font. Je suis censé être un milicien et par conséquent, un être important aux yeux du Ministre. Pourquoi je suis là, alors ? Le Ministre ne serait-il pas au courant ? Il est vrai que tous les aurors ne sont pas dans le camp de Lord Voldemort… peut-être qu’eux n’en font pas partis et qu’ils profitent un peu de la situation pour faire des misères aux miliciens… ou alors j’extrapole totalement. Je délire. C’est le manque de sang. Je tape du pied contre les barreaux de la cellule. Je dois manger. « Arrête ! » hurla un des aurors. Toi, si je sors, t’es le premier sur ma liste, pensais-je à haute voix. Il frappa sur les barreaux. J’ai mis les mains dessus. Je n’aurais pas du.

« C’est de l’argent sangsue… ». S’il n’y avait pas eu les barreaux, il était mort. Je me suis collé contre la cellule, tendant le bras hors des barreaux. Tant pis si l’argent me faisait mal. Il faut que je me le fasse. J’ai faim. Je suis énervé. Pris au piège. Mon orgueil est mis à mal. J’ai mal partout. Mes blessures dues au soleil ne sont pas totalement guéries. J’ai besoin de sang. Et l’auror est une proie parfaite. Il a reculé. « Essaie donc de m’attraper sangsue. » dit-il en riant. La douleur devient trop intense, je recule dans la cellule. L’argent ne fait pas bon ménage avec les vampires. Avec les loups-garous non plus, d’ailleurs. Eux, sont nettement plus sensibles que nous, vampires mais chez nous, cela fait tout de même des dégâts surtout si le vampire en question n’a pas mangé depuis plusieurs heures, s’est fait brûlé au soleil, a été enchainé pendant des heures et n’a bu qu’un minuscule apéro de sang. Bref, l’argent finira par avoir raison de moi si je ne mange pas à ma faim. Je retourne m’asseoir sur le banc au fond de la cellule.

Depuis ma naissance, j’ai vécu beaucoup de choses, trop pour mon âge, et aujourd’hui, j’aimerais que tout s’arrête. Tout. J’en ai marre de cette vie. Condamné à boire du sang humain pour survivre. Condamné à tuer des sorciers du même sang que moi par obligation. J’ai toujours du obéir à tout le monde et alors que je pensais être libéré, je me retrouve obligé d’obéir à celui qui a fait de moi un esclave. Ironie du sort… je me jette contre les barreaux. Plutôt mourir que de rester ici enfermé. Je préfère mourir libre qu’enfermé. Seulement, certains ne sont pas vraiment du même avis que moi.






Humain le jour, Vampire la nuit.
Le sang me fait vivre...
Je ne suis qu'un monstre sans vie
Un monstre qui ne devrait pas survivre...
Ma corvée, résister à l'appel
Ne plus jamais chuter
Pour qu'enfin, un jour je sois libéré


~ DOUBLE DE JAMES POTTER - MATTHEW SCOTT - ERWAN SANDERS ~
~ ZEPHYR CASAR - BELLATRIX LESTRANGE ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 93
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 100
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Mer Juin 12 2013, 20:08 ϟ


Je ne pensais pas dire ça un jour mais je suis bien content d’avoir été élevé dans la plus pure tradition des Sang-Purs – sans mauvais jeu de mots bien sûr. Non, parce que si ça n’avait pas été le cas, je pense que j’aurais rapidement été perdu dans toute la paperasse que l’Auror en charge de la capture de Morgan me place soudain devant les yeux : attestation de responsabilité de l’état de santé du prisonnier, certificat d’expérience médicale en milieu carcéral et j’en passe et des meilleures. Et tout ça dans un seul but des plus clairs : essayer de m’effrayer et de me faire comprendre que je me suis mêlé de ce qui ne me concernait pas. Malheureusement pour eux, je sais parfaitement ce que je fais. J’ai peut-être choisi d’être infirmier par vocation mais j’ai été préparé dès l’enfance pour succéder au business familial et la paperasse administrative ça me connaît. De plus, je n’ai pas fait partie de la maison des Aigles parce que le bleu m’allait bien au teint, je sais donc quand quelqu’un tente de m’embrouiller et il est hors de question que je me fasse faire. Tout d’abord car la santé de Morgan est en jeu et que, malgré une certaine brusquerie de sa part – mais au vu de ses circonstances particulières, je pense qu’il est aisé de lui pardonner ces petits écarts –, il m’a paru plutôt bien agréable comme type. Et, deuxièmement, peut-être encore plus important, car j’ai suffisamment de notions de politique pour savoir que se mettre Lord Ó Raghallaigh à dos en maltraitant un de ses congénères serait la meilleure façon de provoquer une guerre entre sorciers et vampires. Et quelque chose me dit que la race humaine n’en sortirait pas nécessairement vainqueur. Autant de raisons donc pour ne pas laisser l’Auror arrogant qui me regarde désormais comme si j’étais un gamin qui joue à faire l’adulte s’en tirer comme bon lui semble.

Je lui adresse donc un sourire figé, qui laisse bien clair que ma politesse n’est que pure convention et décide de faire usage de mes quelques restes de droit magique pour le remettre à sa place.


-Je ne suis pas en garde à vue, je suis ici sur la base du volontariat, je n’ai par conséquent aucune obligation quelconque de remplir tous ces papiers. De plus, je tiens à vous préciser que ma présence risque bien de vous sauver la peau parce que je vous assure que Lord Ó Raghallaigh a des avocats du tonnerre – des centaines d’années à passer, ça laisse le temps d’apprendre son droit mine de rien – et s’ils viennent à apprendre que vous avez interrogé votre prisonnier dans les conditions de santé dans lesquelles il se trouve actuellement, vous pouvez faire une croix sur votre carrière. Je serais vous, je me laisserais donc l’ausculter avant quoi que ce soit d’autre. Ah et, autre conseil, consultez vos supérieurs avant de faire une autre boulette, parce que croyez-moi ils ne vous pardonneront pas de faire une bavure avec un milicien.

Sincèrement, si la situation n’était pas aussi dramatique, le teint quasi pourpre qu’a pris mon vis-à-vis à cause de la colère serait des plus comiques. Néanmoins, il sait parfaitement que j’ai raison et que je ne lui ai laissé aucune faille par laquelle s’immiscer, il n’a donc d’autre possibilité que de me jeter un regard haineux, puis de cracher à deux de ses subordonnés :

-Assurez-vous qu’il ne se passe rien de louche. Et ne le libérez sous aucune condition !, rajoute-t-il ne désignant Morgan avec un dégoût et une rage impressionnants.

Puis, sur ce, il quitte les lieux à grandes enjambées. Je me tourne alors vers un des gardes restants et lui demande de m’ouvrir la cellule pour que je puisse y entrer. Il me regarde comme s’il m’était soudainement poussé une deuxième tête mais m’ouvre tout de même en haussant les épaules, se contentant de marmonner :


-Si vous vous faites bouffer, je décline toute responsabilité.

Je suis heureux de l’apprendre. En attendant, je sors ma baguette par précaution, il serait con que, dans un élan de famine de la part de Morgan, je me fasse vider de mon sang par le même vampire que j’essaye d’aider. Or, si en temps normal, mes réflexes ne seraient pas de pair avec les siens, vu son état de fatigue, je pense pouvoir me défendre. Alors, sans me rapprocher de trop, par précaution, je lui demande.

-Morgan, ça va ?

Question con s’il en est, mais c’est une façon comme une autre d’entamer la conversation et puis j’aimerais vous y voir à ma place, à côté d’un vampire assoiffé, avec deux gardes qui n’attendent que de vous voir vous rétamer.

-Je suis loin d’être spécialiste en métabolisme vampirique, alors il va falloir m’aider. Est-ce qu’il y a quelque chose qui te permettrait d’aller mieux, à part du sang bien entendu ? Parce que je doute que ces charmants messieurs t’en fournissent et je t’ai déjà donné la dose maximum que je pouvais me retirer sans m’effondrer parterre.

Les Aurors tirent la tronche, apparemment ils n’avaient pas compté sur le fait que j’en sois à tutoyer leur suspect. Cependant, personnellement, ça m’est complètement égal car, pour l’instant, j’ai des problèmes nettement plus grands. Pour n’en nommer qu’un : un vampire en état d’épuisement total et d’énervement profond.



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Une grande bibliothèque avec un gros chat
Une grande bibliothèque avec un gros chat

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Chevalisse
ϟ CELEBRITE : Max Irons

ϟ HIBOUX : 191
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 27/07/2012
ϟ GALLIONS : 176
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 26 ANS
ϟ PROFESSION : BIBLIOTHECAIRE

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Mer Juin 19 2013, 20:11 ϟ





"Kyles Rulin & Morgan Evans"




J'attends ça depuis si longtemps...


J’ai mal. J’ai faim. J’ai chaud. J’en ai marre. Ces cellules d’argent sont des vraies saloperies. Elles ne m’ont même pas achevé. C’est nul. Même la mort ne veut pas de moi.Vie de merde. J’entends une voix alors que je suis allongé au sol telle la flaque moyenne. Je manque d’air. Je reconnais la voix. Kyle. Ce petit infirmier qui veut me sauver la vie. On ne se connait même pas. J’entends les aurors aussi. Evidemment, ils ne sont pas coopératifs. Le contraire serait étonnant. Mais qu’ils le veuillent ou non, l’infirmier aventurier a tout à fait raison. Si je meurs ici, la guerre est déclarée et autant le dire, mes frères vampires ne sont pas aussi sympathiques que moi. Bien au contraire. La cellule s’ouvre et se referme. Je continue de fixer mon plafond d’une couleur aussi suspecte qu’étrange. Indéfinissable, je dirais même. « Morgan, ça va ? ». Tournage de tête vers le nouvel arrivant. Regard terrassant l’adverse en plein vol. Est-ce que j’ai l’air d’aller bien ? Si je ne mange pas dans l’heure qui vient, je m’éteins. « Je suis loin d’être spécialiste en métabolisme vampirique, alors il va falloir m’aider. » Quelle bonne nouvelle… je suis avec un ignare. Soupir profond. « Est-ce qu’il y a quelque chose qui te permettrait d’aller mieux, à part du sang bien entendu ? » Rire nerveux. « Parce que je doute que ces charmants messieurs t’en fournissent et je t’ai déjà donné la dose maximum que je pouvais me retirer sans m’effondrer parterre. » Rire toujours nerveux. Je peux donc me déclarer mort. Youhou ! Si j’avais su comment je finirais ma vie, je n’y aurais jamais cru. Mourir affamé. Ironie du sort. Quand j’étais esclave des Bulstrode, j’étais toujours affamé. Quand j’ai compris que j’allais mourir, ma seule pensée fut qu’enfin je n’aurais plus jamais faim. Et depuis que je suis vampire, je meurs encore de faim. En fait, j’aurais passé ma vie entière à avoir faim. Je soupire une nouvelle fois. « Malheureusement, il n’y a rien d’autre que tu puisses faire » lançais-je d’une voix située entre le je suis ultra ravi de te voir mon pote et le qu’est-ce qui m’a envoyé un idiot pareil.

Je redresse mon torse et m’appuie sur les coudes. « J’ai besoin de sang, rien d’autre ». Si je n’étais pas blessé, ni affaiblie par ce satané soleil, je n’en aurais pas besoin. J’arrive à vivre sans trop de sang par jour. De toute façon, je m’interdis d’en boire trop. Je hais ce que je suis. Je hais ce que je fais. Je ne peux pas boire du sang, et surtout pas celui de mes frères de sang, les nés-moldus. Les poches de sang me permettent de survivre et cela me suffit. Normalement. Pourquoi je suis venu au chemin de traverse ? Pour assouvir ma curiosité. Curiosité mal placée. « L’exposition au soleil m’a affaiblie. Le sort d’immobilisation ne m’a pas permis de me guérir et les barreaux d’argent n’ont rien arrangé. Si j’ai pas de sang, je risque fort de ne pas m’en remettre ». Je soupire. « Ce n’est pas ainsi que j’avais imaginé ma mort » Rire nerveux. Je retombe mollement sur le sol, les bras écartés. « En fait, je l’avais imaginé très rapide et indolore… » Je rigole encore. J’ai toujours autant chaud et rire n’améliore en rien mon état. « J’attends ça depuis tellement longtemps… »






Humain le jour, Vampire la nuit.
Le sang me fait vivre...
Je ne suis qu'un monstre sans vie
Un monstre qui ne devrait pas survivre...
Ma corvée, résister à l'appel
Ne plus jamais chuter
Pour qu'enfin, un jour je sois libéré


~ DOUBLE DE JAMES POTTER - MATTHEW SCOTT - ERWAN SANDERS ~
~ ZEPHYR CASAR - BELLATRIX LESTRANGE ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 93
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 100
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Dim Juin 23 2013, 21:35 ϟ



Savez-vous ce qui est encore plus flippant qu’un vampire énervé ? Un vampire déprimé. En effet, c’est presque contre-nature de voir un des plus vieux prédateurs de ce monde philosopher sur le moment de sa mort. A côté, on se sent minuscule et surtout vraiment pas à sa place. On aimerait savoir quoi dire pour lui redonner le moral tout en ne sachant pas vraiment si ce serait une si bonne idée que cela. Vaut-il mieux faire face à un vampire inquiétant par son attitude anormale ou à un vampire dangereux car en pleine forme ? Personnellement, je ne sais que choisir. Surtout que je ne suis pas Psychomage de formation et, même si je voulais réellement tenter de redonner espoir à Morgan, je ne saurais comment m’y prendre.

Je décide donc de me concentrer sur le problème le plus urgent et matériel, on laissera les questions psychologiques pour plus tard. Déjà, il faut que je m’arrange pour donner à boire à Morgan. La première idée – complètement stupide – qui me vient à l’esprit est de m’en prendre aux gardes. De par mon travail, je suis très doué pour lancer des sortilèges à toute vitesse – la vie d’un patient en dépend bien souvent – donc je pense que je pourrais facilement les prendre par surprise. Je les stupéfixie, je prélève un peu de sang, je fais disparaître toute trace incriminante, je leur lance un sortilège d’Oubliettes et question réglée. Sauf qu’outre l’imprudence complète d’un tel comportement, si Morgan venait à se sentir soudainement en pleine forme, cela amènerait nécessairement des questions. Je laisse donc cette proposition de côté, le problème étant que je n’en ai pas d’autres. Bien sûr, je pourrais tenter de convaincre les gardes qu’ils doivent m’aider pour éviter un incident diplomatique inter-espèces mais je doute qu’ils m’écoutent car, à mon humble avis, il craignent plus la colère de leur chef que la mort d’un vampire. Idiots sans cervelle !

J’en suis là de mes divagations internes lorsque des pas se font entendre dans le couloir et soudain deux figures font leur apparition. Je reconnais la seconde immédiatement. Difficile d’oublier la tronche d’abruti mal luné de l’Auror en charge de la capture de Morgan. Il ferme le cortège avec une tête d’enterrement ce qui me réjouit pour deux raisons. La première étant que tout ce qui déprime ce crétin est forcément une bonne nouvelle pour nous et la deuxième consistant tout simplement en ce que je m’amuse de son malheur. C’est une manière comme une autre de prendre ma revanche sur la façon dont il m’a traité jusqu’ici.

La première personne reste néanmoins un mystère. Il s’agit d’une femme d’une cinquantaine d’années à l’air sévère et qui tient une fiole verte dans sa main. Elle avance d’un pas ferme et passe devant les gardes sans leur adresser un seul regard. Elle se dirige au contraire droit sur nous ou plutôt devrais-je dire sur la cellule où nous nous trouvons Morgan et moi. Ainsi, alors que j’en suis à me demander ce qu’elle vient faire ici, elle s’arrête devant la porte ouverte de la cellule et commence à parler d’une voix autoritaire qui n’est pas sans me rappeler Mrs Bellefondue la gouvernante française que mes parents engagèrent durant mes premières années de vie pour s’occuper de ma petite personne.


-Elladora Hunk, Département de Coopération Magique. Je suis en charge des relations avec Lord Ó Raghallaigh. Je suis venue m’assurer que Mr Evans était traité correctement avant d’être interrogé pour connaître son rôle dans les évènements infortunés de cette après-midi.

Elle jette un coup d’œil sec à la figure de Morgan affalé parterre et continue son discours.

-J’ai amené avec moi la plus puissante des potions de régénération sanguine de manière à ce que Mr Evans puisse reprendre des forces grâce à votre sang et que vous n’en perdiez pas connaissance pour autant, monsieur … ?

-Rulin, Kyles Rulin.


Je suis sur le point de lui dire que je n’apprécie d’ailleurs pas du tout sa façon de me considérer comme un hors-d’œuvre à volonté pour vampire assoiffé – ce n’est pas parce que je me suis offert volontairement que ça lui laisse le droit de choisir pour moi, peu importe qui elle est ! – mais elle ne m’en laisse pas le temps, reprenant là où elle s’en était arrêtée.

-Monsieur Rulin donc. L’Auror Vilkine m’a expliqué la situation. Vous semblez représenter les intérêts de Mr Evans …

OK alors là je l’arrête tout de suite.

-Non Madame, je ne représente personne. Mr Evans comme vous dites peut se représenter tout seul, il sait parler, je ne suis venu que car ma condition d’infirmier m’obligeait à m’assurer que votre prisonnier était bien traité. Je considère d’ailleurs incroyable que vous m’obligiez à prendre charge la situation lorsque vous en êtes les responsables. Je ne sais pas où vous avez votre diplôme en Diplomagie mais l’examinateur devait être singulièrement aveugle. Quant à vos relations avec Lord Ó Raghallaigh, je suis surpris que vous soyez encore en vie si vous vous comportez toujours de la sorte. Et maintenant si vous m’excusez, j’ai un patient à soigner
, m’exclamais-je en m’emparant de la fiole sans lui laisser le temps de réagir.

Je me dirige ensuite de nouveau vers Morgan et lui tends mon bras.


-Essaye de ne pas tout me prendre
, dis-je en tentant de ramener un peu d’humour dans une situation pourrie.  



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Une grande bibliothèque avec un gros chat
Une grande bibliothèque avec un gros chat

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Chevalisse
ϟ CELEBRITE : Max Irons

ϟ HIBOUX : 191
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 27/07/2012
ϟ GALLIONS : 176
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 26 ANS
ϟ PROFESSION : BIBLIOTHECAIRE

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Mer Juil 10 2013, 12:11 ϟ





"Kyles Rulin & Morgan Evans"




Prends du AB +


Je veux mourir. Je serais tranquille comme ça… mais visiblement Merlin a choisi une toute autre voie pour moi. Dommage… Deux personnes arrivent alors dans le couloir. La première personne, une femme dont j’ignore le nom, s’approche de ma cellule d’un pas décidé et ignorant tous les autres personnes présentes. Mon sauveur Kyles Rulin la rejoint immédiatement. Voilà donc l’autre voie que Merlin à choisi pour moi. La survie. Coopération Magique… Lord Ó Raghallaigh… ah oui mon chef. Celui à qui je dois obéir. Celui qui a autorisé Meredith Sinclair à faire de moi ce que je suis… celui que je déteste, évidemment. Il ne peut pas me laisser crever ? Non, cela ne servirait pas les intérêts du Ministère. Si je meurs ici, Raghallaigh entre en guerre. Autant me laisser en vie. C’est une évidence. Je tente un sourire forcé quand elle se tourne vers moi je suis innocent pour ce qu’il s’est passé cet après-midi. Comme dirait le proverbe moldu, j’étais au mauvais endroit, au mauvais moment… c’est bien ma veine.

« J’ai amené avec moi la plus puissante des potions de régénération sanguine » Merlin… je sens que la suite ne va pas me plaire… « de manière à ce que Mr Evans puisse reprendre des forces grâce à votre sang et que vous n’en perdiez pas connaissance pour autant, monsieur … ? » Je savais bien que la suite ne me plairait pas… ai-je mon mot à dire dans cette affaire ? Je veux des poches de sang, rien d’autre… « Monsieur Rulin donc. L’Auror Vilkine m’a expliqué la situation. Vous semblez représenter les intérêts de Mr Evans … » Mes intérêts ? Je ne dois rien à personne et je ne veux pas qu’on représente mes intérêts… Visiblement Kyles semble du même avis que moi… n’empêche que je ne veux pas boire de son sang. Il attrape la fiole après son long discours envers la chargée de la coopération magique et s’en revient vers moi. « Essaie de ne pas tout me prendre… » me dit-il l’air un peu tendu… aurait-il peur.

Je détourne la tête. « Non ». Je n’en veux pas. Je ne bois du sang frais que lorsque je suis en patrouille et que mes chers amis m’y obligent mais sinon c’est hors de question. Et puis, j’en ai déjà assez bu de son sang… « Amène-moi une poche plutôt… » La chargée de la coopération magique semble énervée. Je me relève lentement et m’assoit sur le sol dur de ma cellule. « C’est gentil Kyles de t’occuper de moi, vraiment mais non je ne boirais pas de ton sang et surtout pas à même la source » Je sais, dis comme ça c’est pas très classe mais j’aurais pu dire réserve ou frigo… « Par contre, si tu me ramènes une poche de sang de la banque de sang, je te la boirais sans faire d’histoire… prends du AB positif, c’est celui que je préfère… maintenant, laisse-moi finir ma vie en paix »

Je pars m’assoir sur ce qui fait office de lit. Je sais, j’aurais pu être un peu plus sympathique mais malheureusement, je suis un vampire avec tout le caractère qui va avec. Les vampires sont orgueilleux et n’aiment pas vraiment qu’on leur vienne en aide… et puis je préfère mourir maintenant de la façon dont je le souhaite que dans une salle d’interrogatoire avec des aurors enragés qui ne comprennent pas que je suis un né-moldu avant tout et que mon statut de vampire me pèse plus qu’autre chose.







Humain le jour, Vampire la nuit.
Le sang me fait vivre...
Je ne suis qu'un monstre sans vie
Un monstre qui ne devrait pas survivre...
Ma corvée, résister à l'appel
Ne plus jamais chuter
Pour qu'enfin, un jour je sois libéré


~ DOUBLE DE JAMES POTTER - MATTHEW SCOTT - ERWAN SANDERS ~
~ ZEPHYR CASAR - BELLATRIX LESTRANGE ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 93
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 100
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Dim Juil 14 2013, 12:33 ϟ


Il aurait dû s’arrêter au milieu de ses explications. Ça se passait très bien jusque-là. Il me précisait simplement qu’il refusait de boire deux fois de suite du même humain. Bon il a peut-être utilisé le terme « source »au lieu d’humain mais je ne vais pas me mettre à être pointilleux non plus, il faut prendre sa situation en compte. En tous les cas, problèmes de vocabulaire mis de côté, c’était tout à son honneur que de refuser de se nourrir sur un être vivant lorsqu’il peut survivre grâce à des poches dont le donateur initial n’a plus besoin – contrairement au sang qui circulerait encore dans ses veines. Bref, son refus nous mettait peut-être tous dans l’embarras – en particulier la bonne femme qui nous a rejoints – mais ça partait d’un bon sentiment. Sauf que, tout ça était trop beau pour être vrai et il a fallu qu’il en rajoute une couche.

-… prends du AB positif, c’est celui que je préfère… maintenant, laisse-moi finir ma vie en paix.

Pour commencer, le ton sur lequel il a prononcé sa demande m’a gentiment hérissé le poil. Il me prend pour qui là ? Son serveur personnel ? « Et Kyles, pendant que vous y êtes, ramenez-moi une paille et des glaçons ». Et puis quoi encore ? Il peut toujours courir s’il pense que je suis à sa disposition. Qu’il soit de mauvaise humeur parce que sa journée s’est mal passée, OK, qu’il ventile ses frustrations sur moi, pas OK du tout. Il n’est pas le seul au bout du rouleau. Moi aussi, j’aimerais être ailleurs que dans cette cellule moisie et congelée à discuter avec des officiels crétins du Ministère. La différence c’est que moi, si j’en ai envie, je peux me tirer, donc il ferait bien de ne pas trop abuser de ma patience. Serviable, oui, bonne poire non.

Par exemple, son petit numéro de suicidaire, il aurait franchement pu se le garder. Non mais c’est vrai quoi, ça ne l’avance en rien de se la jouer héros incompris ! Il a une vie de merde, c’est terrible, je comprends qu’il puisse avoir envie d’en finir, mais alors qu’il n’exige pas la seule façon de s’en sortir deux minutes avant de jouer les victimes ! En gros, qu’il choisisse, soit il veut s’en sortir, soit il veut mourir mais qu’il ne joue pas avec moi selon ses lubies ! C’est d’ailleurs ce que je finis par lui dire, exaspéré par toute cette situation et la fichue manie des gens de me prendre pour un idiot qu’on peut balader au gré des envies de chacun sous prétexte que je crois un minimum en la bonté humaine.


-Bon, écoute, on va mettre une chose au clair là ! Je ne suis pas ton serviteur, je ne suis même pas ton ami, on s’est rencontré par hasard aujourd’hui et étant donné que tu as été blessé, je me suis préoccupé de ta santé. Mais si tu commences à me pomper un peu trop l’oxygène, tu peux aller voir ailleurs si j’y suis. Tu veux du sang en poche ? Très bien, c’est tout à ton honneur mais il y a des manières et des manières de l’exiger. Quant à ta demande de te « laisser finir ta vie en paix », va falloir faire un choix. On va te chercher ta foutue poche de sang ou on te laisse crever en paix ? Non parce que tu sais j’ai autre chose à faire de ma vie que d’être à l’écoute des changements d’humeur d’un vampire assoiffé. Par conséquent, si tu veux encore de mon aide, très bien, mais si tu vas me traiter comme de la bouse de dragon sous tes chaussures, la porte est là et moi je peux la prendre sans que personne ici est la moindre autorité pour m’en empêcher. Est-ce que je me suis bien fait comprendre ?

Lorsque ma petite tirade est terminée, le silence se fait soudain dans les cachots. Mrs Hunk a l’air paralysée de terreur à l’idée de la façon dont je viens de m’adresser à un vampire. Quant aux deux Aurors, ils ont l’air d’hésiter entre se demander s’ils doivent soudainement me respecter ou plutôt me transporter d’urgence au service psychiatrique de Sainte-Mangouste. En ce qui me concerne, maintenant que l’adrénaline causée par l’énervement commence à retomber, je réalise peu à peu ce que je viens de faire et, instinctivement ma prise sur ma baguette se resserre. Je ne sais pas jusqu’à quel degré ça me servira si jamais Morgan décidait brusquement de montrer au monde entier ce qui arrive aux gens suffisamment stupides pour engueuler un vampire, mais moi au moins ça me rassure. Tout au moins un minimum.



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Une grande bibliothèque avec un gros chat
Une grande bibliothèque avec un gros chat

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Chevalisse
ϟ CELEBRITE : Max Irons

ϟ HIBOUX : 191
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 27/07/2012
ϟ GALLIONS : 176
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 26 ANS
ϟ PROFESSION : BIBLIOTHECAIRE

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Lun Juil 22 2013, 13:26 ϟ





"Kyles Rulin & Morgan Evans"




un vampire est éternel...


OK, je l’ai vexé. Tant pis. Je ne lui ai jamais demandé de venir jouer les médecins sans frontières avec moi. Je rigole au terme de héros incompris. Incompris oui, c’est une évidence mais héros… non, ça je ne crois pas. Je ne suis pas un héros et je ne le serais jamais. Je ne suis pas né pour ça. Je suis né pour servir. Point. Un serviteur n’est pas un héros, quelque soit la personne qu’il sert. Oui, je veux du sang. Oui, je veux mourir. Paradoxe. De toute façon, je suis déjà mort. C’est ce que l’on est lorsque l’on est, comme moi, une créature de la nuit et suceur de sang. J’en ai marre de cette vie de merde. Il n’a pas idée comme ses paroles sont vraies. J’ai eu une vie de merde que je n’ai pas choisi. Je n’ai pas choisi d’être né-moldu. Je n’ai pas choisi d’être esclave. Je n’ai pas choisi d’être vampire. Je n’ai pas choisi d’être ici. Lui si. Je ne lui ai rien demandé. Rien. On ne se connait pas et même si cela avait été le cas, je ne lui aurais rien demandé. Je lui lance un regard noir aussi tranchant que mes canines. Le silence s’est fait. Mrs Hunk semble tétanisée. Aurait-elle peur que je m’en prenne à cet imprudent ? Même si l’envie ne me manque pas, je ne ferais pas cette idiotie. Je lui fais un sourire carnassier, elle rentre sa tête dans ses épaules. Maigre défense contre mes crocs acérés, si je veux sa jugulaire je l’aurais quoiqu’elle fasse. Je me retourne vers l’infirmier, laissant Hunk en paix un cours instant. « Mes congénères t’auraient vidé pour ce que tu viens de faire » lançais-je en me levant. Ils ne l'auraient même pas laissé finir sa phrase « Mais tu as de la chance, je ne suis pas comme eux. » Loin de là. Je suis un né-moldu avant tout. Malheureusement, je reste tout de même un vampire et cela m’ait déjà arrivé de ne pas me contrôler et vider quelqu’un de son sang. Pulsion éphémère mais intense. Pulsion que je regrette, que je punis à chaque fois. Si Loïs savait, elle me quitterait sur le champ. Un jour, je lui dirais. Le jour où je ne réussirais plus à contrôler cette pulsion en sa présence. Il sera temps, à ce moment-là, de lui révéler la vérité.

« Maintenant, je ne t’ai en aucun cas obligé à venir ici. Oh bien sûr, je suis ravi que quelqu’un s’intéresse à ma personne mais si tu ne veux pas que ton patient te vexe, et bien vas-t-en… si tu n’es pas là pour subir les humeurs d’un vampire assoiffé, moi je ne suis pas là pour subir les humeurs d’un idiot. Je ne t’ai rien demandé. C’est gentil d’être là mais je suis un vampire ne l’oublie pas. J’ai mal, j’ai faim et j’ai autre chose à penser que de mettre les formes pour demander quelque chose. T’es là pour m’aider ? OK. Et bien va me chercher une poche de sang avant que je ne change d’avis sur le moyen de me rassasier. Et oui, j’ai envie d’en finir avec la vie... malheureusement pour moi, un vampire est éternel… » Je me suis rassis. Tact ou pas, je n’en avais que faire. Et encore je me suis contenu. Je n’ai pas spécialement envie de donner des excuses aux Aurors pour me garder éternellement.

Bon, je devais l’admettre ça m’énervait que l’on soit parti ainsi lui et moi. Je ne suis pas un mauvais bougre d’habitude et lui non plus ne semblait pas être mauvais… On pourrait s’entendre. J’en suis persuadé. « Tu peux aller me chercher une poche de sang à la banque de sang, s’il te plait ? » me repris-je. Je ne peux pas faire plus. C’est déjà pas mal. Je suis bien trop énervé contre moi pour pouvoir être plus agréable envers lui.






Humain le jour, Vampire la nuit.
Le sang me fait vivre...
Je ne suis qu'un monstre sans vie
Un monstre qui ne devrait pas survivre...
Ma corvée, résister à l'appel
Ne plus jamais chuter
Pour qu'enfin, un jour je sois libéré


~ DOUBLE DE JAMES POTTER - MATTHEW SCOTT - ERWAN SANDERS ~
~ ZEPHYR CASAR - BELLATRIX LESTRANGE ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 93
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 100
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Jeu Juil 25 2013, 16:50 ϟ


Je ne regrette rien. Si je meurs aujourd’hui, j’aurais vécu une vie bien remplie. Et puis comme ça Erwan et Alix pourront enfin filer le parfait amour sans que je ne vienne me mêler sans cesse de leurs affaires. Certes, il y a plus glorieux comme façon de partir que vidé de son sang par un vampire qu’on s’est mis à dos néanmoins j’oserai dire que ça a un petit côté décalé qui me plaît bien. J’espère juste que Gwen ne m’en voudra pas trop de la laisser seule avec les parents. Elle qui m’a toujours dit que malgré ma maison je prenais toujours les choses trop à la légère, au moins j’aurais démontré jusqu’au bout qu’elle avait raison sur mon compte. Mon seul véritable souci ce serait que des crétins du style Lord Hills usent de ma mort pour continuer leur croisade envers les vampires. Après tout, Morgan n’a peut-être pas été le plus correct des types dans les dernières minutes, mais force est de constater qu’il a des circonstances exténuantes que je n’ai pas vraiment prises en compte lorsque j’ai laissé mon sang chaud prendre le dessus. Je ne voudrais donc pas qu’il vienne à subir des représailles pour avoir répondu à mes provocations excessives. C’est que, l’un dans l’autre, à l’exception de ce dernier moment, j’ai plutôt apprécié sa compagnie et, désormais que je me suis calmé j’admets sans difficulté que je me suis emporté trop vite.

Ainsi, lorsqu’il me donne une deuxième chance, je fais taire mon envie de rétorquer que son excuse « Je suis un vampire, être désagréable quand j’ai soif c’est dans ma nature » est un peu trop facile sur les bords. Tout d’abord ça se discute et puis surtout pas la peine d’envenimer encore un peu plus la situation alors qu’il me propose de repartir sur de bonnes bases. Sans compter que je suis loin d’être sans faute de mon côté or, si je reconnais avoir beaucoup de défauts – ma tendance à réagir au quart de tour lorsque je suis vexé en étant un parmi d’autres – j’aime à penser que je suis tout aussi capable de reconnaître quand j’ai une part de tort et d’agir en conséquence. Je me contente donc d’un hochement de tête bref en sa direction lorsqu’il me redemande une poche de sang, avec les formes cette fois-ci, et me dirige vers l’aire de transplanage du Ministère, direction Sainte-Mangouste.

Une fois arrivé, je constate que c’est un joyeux bordel à cause des flopées de blessés qui sont arrivés directement du Chemin de Traverse. Sur le coup néanmoins, ça m’arrange bien. En effet, ça me permet de me faufiler sans me faire remarquer jusqu’à la banque de sang. Comme je ne suis pas en uniforme personne ne m’arrête pour exiger mon aide. J’évite cependant par précaution la sécurité même si je n’aurais sûrement aucun mal à leur faire avaler un bobard quelconque sur le besoin de plus de poches de sang suite à l’afflux massif de blessés et arrive à destination. Je me dirige ensuite vers l’étagère du AB et en prend une poche de positif, priant pour que personne ne fasse un inventaire dans les jours qui viennent parce qu’étant donné qu’il n’y en avait que cinq, une poche manquante se remarquera rapidement. Enfin, une chose à la fois, je me préoccuperais de ce problème en temps voulu. Surtout que vu que tout le monde me croit au Ministère, jamais on ne pensera à m’accuser. De toute façon, ce n’est mon style. Néanmoins, mieux vaut ne pas tenter le diable non plus, je transplane donc immédiatement de retour au Ministère et prend discrètement la direction des cellules, étonné que personne ne pense à m’arrêter. Il faut croire que de ce côté-ci ce sont les flopées de prisonniers qui concentrent toute l’attention des Aurors.


-Voilà. AB positif comme tu le voulais, dis-je en tendant la poche à Morgan en guise de salut et de signe de paix à la fois.

Je me tourne ensuite vers les trois autres personnes présentes et déclare d’un ton sans appel.

-Vous ne m’avez jamais vu amener cette poche ici. Et au cas où l’envie vous prendrait de me faire des misères souvenez-vous que j’en sais suffisamment sur le traitement du sieur Evans ici présent pour mettre un point final à vos carrières.

Bon là j’exagère surement un peu mais avec ce genre de lascars, un peu d’intimidation ça ne fait jamais de mal.



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Une grande bibliothèque avec un gros chat
Une grande bibliothèque avec un gros chat

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Chevalisse
ϟ CELEBRITE : Max Irons

ϟ HIBOUX : 191
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 27/07/2012
ϟ GALLIONS : 176
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 26 ANS
ϟ PROFESSION : BIBLIOTHECAIRE

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Mar Juil 30 2013, 12:05 ϟ





"Kyles Rulin & Morgan Evans"




pourquoi me sauver?


Je l’observe partir. Il va me chercher de quoi me nourrir avant que je ne dépérisse dans cette cellule. Mrs Hunk reste avec moi, elle discute avec les aurors. Je pourrais entendre ce qu’elle raconte mais je n’en fais rien. Je m’en fiche. Les aurors, eux, par contre semblent plutôt peu contents de cette venue. En même temps, cela se comprend, ils ne pourront pas venger toutes les victimes des vampires sur moi. Dommage. Pour eux. Pour moi, c’est une chance car même si je suis le seule vampire à ne pas vouloir l’immortalité, je n’ai pas envie d’être torturé pour tous mes congénères. Je suis un des rares à ne pas me nourrir d’humains quand je le peux. Les poches sont moins nutritives et me rendent nettement moins fort, certes, il faut en prendre bien plus que directement à la source mais au moins, je ne fais pas de mal à quelqu’un. C’est tout ce qui compte.

Du bruit au fond du couloir, je reconnais son odeur de fruit. C’est l’infirmier inconscient. En plus, j’ai le droit à du AB+, quelle chance. C’est sympa. Il aurait très bien pu prendre la première poche qui venait, sans se soucier du groupe sanguin. Je me jette sur la poche comme si je n’avais pas mangé depuis des lustres, ce qui en soit est assez vrai. Cela fait au moins bien trois heures que je n’ai pas mangé. Le sang me fait du bien. La douleur du au soleil et aux barreaux en argent commence à diminuer. Mes blessures se réparent enfin. J’aime sa façon de faire le dur devant les aurors. Lui, il aura intérêt à ne pas trop trainer devant le Ministère ces prochains jours s’il ne veut pas finir à ma place. Car même si les aurors sont sensés faire respecter la loi, ils n’aiment pas trop qu’on les traite ainsi et si jamais leur route croise celle de Kyles, ils sauront parfaitement comment ne pas laisser de preuves… bref. Il aurait intérêt à couvrir ses arrières. « Merci Kyles » lançais-je en posant la poche vide sur le banc. Je ne prends même pas la peine d’essuyer les gouttes de sang autour de la bouche, tout le monde sait ce que c’est et ce que je suis maintenant. « Je peux te poser une question ? » repris-je en ignorant les aurors qui semblaient légèrement impatient. Je crois qu’ils ont envie d’être seuls avec moi… Je me lève de mon banc, pour faire le tour de mon « sauveur » avant de m’adosser au mur en croisant les bras et les jambes. « Pourquoi venir m’aider ? » Ça m’intrigue. Même s’il est infirmier et que sa mission c’est de sauver des vies, la mienne ne vaut pas que l’on se mette des aurors enragés à dos. « Pourquoi risquer de te faire arrêter par les aurors juste pour moi ? » Je me rapproche de lui pour lui murmurer à l’oreille. « Parce que je doute que les aurors présents te laissent en paix es dix prochaines années… ». Mais qu'il se rassure, je serais là pour le protéger. Enfin, ça je ne vais pas le lui dire tout de suite.







Humain le jour, Vampire la nuit.
Le sang me fait vivre...
Je ne suis qu'un monstre sans vie
Un monstre qui ne devrait pas survivre...
Ma corvée, résister à l'appel
Ne plus jamais chuter
Pour qu'enfin, un jour je sois libéré


~ DOUBLE DE JAMES POTTER - MATTHEW SCOTT - ERWAN SANDERS ~
~ ZEPHYR CASAR - BELLATRIX LESTRANGE ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 93
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 100
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Dim Aoû 04 2013, 16:47 ϟ


-Pourquoi venir m’aider ?

La question résonne à mes oreilles, comme en écho et je réalise que je n’en ai pas la moindre idée. Ça m’a juste semblé la chose à faire sur le coup. Je ne me suis pas interrogé sur mes raisons, je n’ai pas ressenti un besoin de bienfaire, de réaliser ma BA de la semaine ou tout autre action du même acabit, j’ai simplement agi comme à mon habitude, selon ce que mes envies me dictaient. Et, dans ce cas précis, elles me disaient qu’il convenait de suivre Morgan jusqu’au Ministère pour éviter un incident diplomatique de grande envergure. D’ailleurs, il est très probable qu’il y ait eu d’autres raisons secondaires mêlées à ma décision finale mais, l’un dans l’autre, la raison réelle de ma venue était qu’après le fiasco de cet après-midi, la partie logique de mon cerveau considérait nécessaire d’en éviter un deuxième. Reste que je doute que je doute que ce soit la réponse à laquelle s’attende mon immortel interlocuteur.

Il insiste quant à lui sur le danger dans lequel je me suis impliqué en l’aidant, comme si c’était censé m’inquiéter outre mesure mais, à vrai dire, je dois dire que je n’en tremble pas vraiment. J’ai bien conscience que me mettre des Aurors à dos par simple plaisir de provoquer n’est pas la plus intelligente des actions qu’il m’ait été donné de faire en vingt-et-un ans d’existence mais, d’un autre côté, j’ai toujours vécu sans regretter mes actions et je n’ai pas l’intention de changer aujourd’hui. C’est précisément ce qui fait mon caractère : ma capacité à ne jamais m’appesantir sur mes actions – qu’elles soient bonnes ou mauvaises – et à en accepter les conséquences au plus vite pour pouvoir passer à la suite. En effet, c’est ainsi que je peux en apprendre toujours plus sans rester bloquer à un endroit et, de cette façon, apaiser peu à peu ma soif insatiable de connaissances. J’adresse donc un sourire plutôt insouciant à Morgan et lui répond, en haussant les épaules.


-A vrai dire, je n’avais pas réfléchi si loin que ça. Quand je t’ai vu blessé et emmené par des Aurors irascibles, j’ai craint qu’ils n’enveniment encore plus la situation en faisant de toi un bouc-émissaire alors je m’en suis mêlé. Puis, une fois sur place, mes réflexes d’infirmier ont pris le dessus. M’enfin, tu as aussi pu constater que si la situation m’avait trop saoulée, je serais reparti d’où j’étais venu, ou du moins j’aurais essayé, rajoutais-je avec un sourire ironique sachant qu’il m’en aurait sûrement empêché.

Je jette ensuite un regard aux Aurors qui semblent en effet être déjà en train de comploter pour me faire disparaître de la circulation à la première occasion et je continue, cette fois-ci dans un murmure pour que seul Morgan soit au courant de mes plans.

-Quant aux deux gorilles là-bas au fond, honnêtement j’ai plutôt hâte de les voir à l’œuvre. Ça fait longtemps que je n’ai pas eu l’occasion de mettre son cerveau à contribution pour dissuader quelqu’un de s’en prendre à moi alors s’ils se sentent d’attaque pour jouer les victimes potentielles, je ne suis pas contre.

A ces paroles, ma moue s’est faite malicieuse, imaginant déjà quelle farcexpérience pour reprendre un terme de ma conception que je n’ai pas eu l’occasion d’utiliser ces derniers temps je pourrais bien user sur eux s’ils décident de me sous-estimer. Néanmoins, pour rassurer Morgan sur ma santé mentale et lui prouver que je ne suis pas juste un inconscient fini, je rajoute également.

-Sinon, à part ça, je doute qu’ils puissent réellement s’en prendre à moi aussi facilement qu’au premier pecnot lambda. Je suis de Sang-Pur et, pour autant que ça me soit égal, dans notre société actuelle ça compté énormément. A part ça, mon père est Langue-de-Plomb et s’il est loin d’être un grand ponte et que son influence ne me tirera pas des ennuis, disons que j’ai déjà eu l’occasion de jeter plus d’un coup d’oeil à ses travaux quand il avait le dos tourné et, très honnêtement, je me ferais un plaisir d’user de certains des petits trésors cachés au Département des Mystères sur ces messieurs Aurors. Et laisse-moi te dire qu’ils n’auraient même pas l’occasion de comprendre ce qui leur arrive, terminais-je avec une lueur sournoise – quasi dangereuse –, dans le regard qui rappelle que j’ai beau être un ancien Serdaigle, je suis le premier d’une lignée exclusivement composée de Serpentards et que, par conséquent, si quelqu’un me tape trop sur le système, je ne suis pas complétement u-dessus de m’en prendre, y compris violemment, à ladite personne.



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Une grande bibliothèque avec un gros chat
Une grande bibliothèque avec un gros chat

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Chevalisse
ϟ CELEBRITE : Max Irons

ϟ HIBOUX : 191
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 27/07/2012
ϟ GALLIONS : 176
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 26 ANS
ϟ PROFESSION : BIBLIOTHECAIRE

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Sam Sep 28 2013, 17:48 ϟ





"Kyles Rulin & Morgan Evans"




le code de l'honneur



Il marque un point. C’est vrai que vu son statut, les aurors ne lui auraient rien fait. Ou alors, cela n’aurait pas pu être prouvé. Je lui fais un signe de tête en guise de remerciement. C’est gentil d’être venu m’aider. Il est vrai que je n’aurais pas pu faire grand-chose s’il n’était pas arrivé. Et je doute fortement que Lord Raghallaigh soit mis au courant de ce qu’il se passait. Même si les Aurors sont censés obéir au Ministre, la plupart sont contre ce régime et se faire un petit vampire de temps en temps, cela ne fait pas de mal, surtout si personne ne le sait. Remarquez, ils auraient pu me faire n’importe quoi et le crier sur tous les toits, je doute sérieusement des représailles de la part de mon clan. J’en fais parti mais je suis plus un pariât qu’autre chose. Et puis, je suis au bas de l’échelle niveau hiérarchie alors ce n’est pas Lord Rag’ qui serait venu me chercher. Peut-être aurait-il envoyé Meredith – vu que c’est lui mon maitre direct – mais cela n’aurait pas été plus loin. Mais ça, à part les vampires, personne ne le sait et bien heureusement, ça renforce un peu plus la peur que je peux leur procurer.

« Il y a tellement de choses que ça au Département des Mystères ? » demandais-je en m’étirant. J’ai encore faim. Je n’ai jamais mis les pieds dans ce département mais Justin m’en a dit beaucoup dessus. Il parait qu’il y a des Créatures très dangereuses là-bas. Rien que pour ça, je n’irais pas. j’ai beau être vampire, j’ai pas envie de risquer ma vie inutilement. J’oublie souvent que je suis immortel… « Tu sais que j’ai une dette envers toi, maintenant ? » repris-je en me tournant vers Kyle. Il m’a tiré d’une mauvaise situation, je dois lui rendre la pareille. C’est un code d’honneur chez les vampires. Autant dire qu’il a un Ange gardien jusqu’à la fin de sa vie. En voilà un qui a de la chance. Après je ne sais pas s’il a misé sur le bon cheval – il y a d’autres vampires bien plus forts et influents que moi – mais c’est déjà ça, dirons-nous. « Dis-moi, maintenant qu’on est lié à la vie, à la mort, pourquoi es-tu devenu infirmier ? C’est quand même un boulot où tu dois soigner même ceux que tu détestes, ça ne t’a jamais dérangé ? » Personnellement, si j’avais été à sa place, je n’aurais jamais pu m’occuper de quelqu’un que je ne supporte pas… je ne dois pas être assez compatissant… en même temps avec la vie de merde que j’ai eu la compassion, je ne connais pas… j’ai appris à détester, à haïr mais à aimer ou ne serait-ce qu’apprécier, non. Je ne sais pas ce que c’est… alors compatir… c’est une chose qui m’est inconnue.






Humain le jour, Vampire la nuit.
Le sang me fait vivre...
Je ne suis qu'un monstre sans vie
Un monstre qui ne devrait pas survivre...
Ma corvée, résister à l'appel
Ne plus jamais chuter
Pour qu'enfin, un jour je sois libéré


~ DOUBLE DE JAMES POTTER - MATTHEW SCOTT - ERWAN SANDERS ~
~ ZEPHYR CASAR - BELLATRIX LESTRANGE ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 93
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 100
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Dim Oct 06 2013, 22:25 ϟ


-Il y a tellement de choses que ça au Département des Mystères ?

Ah bah ça, pour le coup, j’aimerais bien le savoir mais il faut croire que mon souhait restera inexaucé longtemps. Néanmoins, si je fais une estimation à partir des informations glanées dans les rapports de Père, je dirais que nous n’imaginons même pas la moitié des trésors cachés derrière les portes du Département. Parfois, je me dis même que j’ai fait une erreur en choisissant la carrière d’infirmier plutôt que celle de Langue-de-plomb car il est sûr que j’aurais pu rassasier ma curiosité légendaire en suivant les pas paternels. Cependant, je sais aussi que j’aurais fini par étouffer enfermé entre les quatre murs du Ministère. Car la carrière de Langue-de-Plomb est certes un régal pour l’esprit mais la vie sociale en souffre quelque peu. Or, si je peux vivre en cherchant ma nourriture intellectuelle de mon côté, j’ai besoin de contact humain pour être heureux. Le Département convient aux gens posés et à tendance solitaire comme Père, en ce qui me concerne j’y aurais certainement dépéri. Je hausse donc les épaules en guise de réponse à Morgan, ne voyant pas l’intérêt d’attiser son intérêt outre-mesure sachant qu’il n’aura jamais accès au Département. Puis, je souris franchement, avec néanmoins une pointe d’amusement, lorsqu’il me déclare avoir une dette envers moi.

-Eh bien tu es bien la première personne à considérer avoir une dette parce que je l’ai aidée. En règle générale, les gens ont tendance à penser que c’est inclus dans la description du job. Mais je suis heureux de savoir qu’il existe encore des gens reconnaissants de par le monde.

Comme quoi, peu importe la race, c’est le caractère des gens qui détermine leur potentiel de sympathie. Et, pour aussi surprenant que celui puisse paraître, cet étrange vampire ancien esclave Né-Moldu m’est chaque minute un peu plus agréable. Je ne saurais même pas réellement dire pourquoi, ni même savoir si c’est totalement raisonnable mais je n’ai pas pour habitude de m’interroger trop longtemps sur mes sentiments. Si j’apprécie une personne, je l’apprécie, si je ne l’aime pas, je ne l’aime pas, point à la ligne. Et, à partir de là, j’agis en fonction de ces constatations. C’est comme avec Alix. Peu m’importe qu’Erwan en pince également pour elle. Il a eu sa chance et l’a laissé passer, désormais je tente la mienne. Après, si Alix décide qu’elle le préfère à moi, ce sera son choix mais je n’aurais rien à regretter. Et ce que je ne regretterais certainement pas non plus ce sera si sa décision finale l’amène à m’élire. Tout comme je ne regrette pas mon choix de carrière. Que les gens pensent ce qu’ils veulent, j’ai réfléchi et j’ai choisi en conséquence de cause et, s’il y a des jours plus durs que d’autres, je sais que j’ai tout de même fait le bon choix. Ce que je m’empresse d’expliquer à Morgan en m’asseyant aussi confortablement qu’humainement possible vu la situation présente contre les barreaux de sa cellule.

-C’est sûr que j’ai déjà eu plus d’un crétin ou d’une idiote que j’aurais laissé souffrir sans problème de conscience mais il y a des contrecoups à tous les métiers en rapport avec le public. Et pour chaque débile qui tombe dans mon service, je sais avoir aidé dix personnes qui en avaient réellement besoin. Parce que je t’assure qu’il n’y a rien de plus gratifiant qu’un enfant guéri de la Dragoncelle qui t’adresse un sourire à sa sortie de l’hôpital. Ou un sorcier âgé te remerciant lorsqu’il vient récupérer sa femme de trente ans après une opération réussie. En fait, il s’agit d’apprendre à contrecarrer les mauvais moments par les bons. Bien sûr, il y a toujours des jours où tu veux t’en prendre à tout le monde, mais c’est partout pareil et, au moins, quand je rentre chez moi, je suis certain d’avoir rendu service à quelqu’un. Le pire en réalité ce ne sont pas les patients ingrats ou tout bonnement désagréables, ce sont ceux pour qui tu ne peux rien faire. Dans ces cas-là, tu te sens réellement inutile et malgré toute ta magie, tu ne peux rien faire qu’aider le patient à souffrir le moins possible.

En prononçant ses mots, j’ai un flashback de ma première mort. Un soigneur du Magizoo à qui une dragonne hystérique par la mort accidentelle de son bébé avait arraché le bras droit et une bonne partie du torse. Ces collègues avaient réussi à limiter l’hémorragie avant de le transporter à Sainte-Mangouste mais il était tout de même mort sur la table d’opération. Son cœur avait lâché. J’ai mis des semaines à ne pas rêver de son corps mutilé toutes les nuits jusqu’à ce que Matt me prenne à part et m’ordonne quasiment de me reprendre en m’expliquant qu’on passait tous par là mais que, si je ne retrouvais pas bien vite mes esprits, j’allais finir par devenir dangereux et me retrouver sans job. Autant vous dire que l’effet fut immédiat.

[Hj : J’espère que le détail sur Matt ne te dérange pas, j’ai essayé de coller à son caractère mais si ça te paraît incorrect j’éditerais voire je supprimerais tout simplement]



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Une grande bibliothèque avec un gros chat
Une grande bibliothèque avec un gros chat

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Chevalisse
ϟ CELEBRITE : Max Irons

ϟ HIBOUX : 191
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 27/07/2012
ϟ GALLIONS : 176
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 26 ANS
ϟ PROFESSION : BIBLIOTHECAIRE

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Dim Oct 20 2013, 21:27 ϟ





"Kyles Rulin & Morgan Evans"




et moi, tu me vois comment?


En italique, flashback.

« C’est quoi le code de l’honneur ? » avait-il demandé à son mentor, ou son geôlier selon l’humeur. L’autre avait souri. « Les vampires s’acquittent toujours de leurs dettes. C’est le code de l’honneur. » Il n’a pas bien compris ce jour-là. Il n’a jamais eu aucune dette envers personne. Il était esclave. Personne ne rend de service à un esclave. L’autre avait répliqué qu’un jour il comprendrait. « C’est à cause de ce code que Lord Ó Raghallaigh a tué Matthews ? » L’autre acquiesça. Le jeune n’a toujours pas compris. Il ne comprend pas comment on peut rendre service aux autres. Ce n’est pas dans son éducation. En a-t-il eu, une éducation ? Evidemment… celle d’un esclave. S’affranchir d’une dette, il ignore ce que c’est…

« Je m’appelle Justin… je sais ce que tu es mais rassure-toi, tu n’es plus seul » Alors c’est ça, avoir une dette ? Sans doute. C’est ça aider quelqu’un ? Sans doute. Il a tout à apprendre mais il sait une chose, personne ne pourra toucher à Justin Cutter. C’est ça le code de l’honneur chez un vampire.



Il va falloir que j’arrête de me faire aider par les autres. J’ai trop de dettes à payer. Bien trop. « Eh bien tu es bien la première personne à considérer avoir une dette parce que je l’ai aidée. » C’est ça le code de l’honneur. « En règle générale, les gens ont tendance à penser que c’est inclus dans la description du job. Mais je suis heureux de savoir qu’il existe encore des gens reconnaissants de par le monde. » C’est parce que l’on ne m’a jamais réellement aidé que je suis ainsi… ou parce que je suis un vampire ? Sûrement un peu des deux. « C’est rare les gens qui m’aident… Depuis que je suis né, tu es la seconde personne à m’avoir aidé. » lâchais-je dans une voix faible. Je me sens vide. J’ai envie de pleurer mais je ne peux plus. C’est ça être un vampire. Ne plus avoir de sentiment. Ne plus rien ressentir. Ne plus mourir. Ne plus vivre. « Un elfe de maison m’a aidé aussi. J’ai réussi à le libérer. J’ai payé ma dette envers lui. C’est drôle pendant un temps j’ai cru que j’étais comme lui, un elfe de maison. Je suis un enfant de Merlin parait-il… né sous une mauvaise étoile… alors quand quelqu’un m’aide, je me dois de l’aider en retour… et puis c’est un truc qui se fait chez les vampires parait-il » Je parle trop. Bien trop.

J’ai embrayé sur son métier. Pour éviter de parler de moi. Je n’aime pas ça. J’aurais tellement aimé l’avoir rencontré étant gamin. Peut-être que j’aurais appris la compassion. Peut-être que j’aurais appris ce que c’est que l’amour… Je réfléchis sur les bons moments que j’ai eus. Peu. Trop peu. Avec Tilsade et Maxens. Je les compte sur les doigts d’une main. Je ne peux pas contrecarrer les mauvais moments. Je n’ai eu que ça dans ma vie, et dans ma mort. « Et moi ? Tu me qualifierais comment, comme patient ? » Celui pour lequel, on ne peut rien faire. Je suis déjà mort.


« C’est quoi être vampire ? » avait demandé le jeune. « Etre immortel » avait répondu le plus âgé. C’est nul avait pensé le jeune. Il ne voulait pas être immortel. On lui avait volé son enfance et on venait de lui voler sa mort. Son mentor ? Il le détestait. Pour lui avoir pris sa vie. Pour lui avoir redonné sa vie.  Parce qu’il était son protecteur… il ne peut s’en empêcher, il l’a créé alors il le protège…  Mais  il ne pouvait s’empêcher de l’admirer. Parce qu’il était son créateur, parce qu’un lien étrange était tissé entre eux.





Humain le jour, Vampire la nuit.
Le sang me fait vivre...
Je ne suis qu'un monstre sans vie
Un monstre qui ne devrait pas survivre...
Ma corvée, résister à l'appel
Ne plus jamais chuter
Pour qu'enfin, un jour je sois libéré


~ DOUBLE DE JAMES POTTER - MATTHEW SCOTT - ERWAN SANDERS ~
~ ZEPHYR CASAR - BELLATRIX LESTRANGE ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 93
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 100
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Lun Oct 21 2013, 18:59 ϟ


-Depuis que je suis né, tu es la seconde personne à m’avoir aidé.

C’est dit avec un tel fatalisme, une sorte de froid désintérêt, comme s’il n’était pas concerné par le propos, que je sens parfaitement qu’une quelconque remarque teintée de pitié, voire même de compassion sera mal reçue. Je me contente donc de l’écouter en silence, réalisant pleinement ce que j’ai toujours su depuis que j’ai eu l’âge de raison, à savoir que j’ai eu une chance incroyable à la naissance. Si au lieu d’être fils de deux Sang-Purs j’étais né de deux Moldus, j’aurais très certainement terminé à la même place que Morgan ou pire encore je serais tout simplement mort. Quoiqu’est-ce réellement pire ? Mon instinct de survie primaire aurait tendance à dire oui, je n’ai après tout aucune envie de mourir mais j’ai quelque chose pour quoi vivre et, de plus, ma survie ne dépend pas du trépas d’autrui, alors je ne suis pas si sûr que, dans la situation de Morgan, je ne changerais pas de discours.

Pour éviter de m’étendre trop longtemps sur la question, je me reconcentre donc sur les paroles du vampire et une esquisse de sourire se dessine sur mes lèvres à la découverte du « code de l’honneur vampire ». Qui l’aurait cru ? Etonnement ils ne nous apprennent pas cela en cours de Défense Contre les Forces du Mal. Enfin, quand les vampires étaient encore au programme bien sûr parce que, depuis « l’Alliance », ils ont mystérieusement disparu de nos manuels, comme s’ils s’étaient soudainement transformé en adorables chatons inoffensifs. OK, terrible comparaison mais vous me comprenez. Même chose pour les lycans, personnellement étant en cinquième année à l’époque, cela m’avait fait assez bizarre de voir toute une partie de mon programme de BUSEs disparaître d’un seul coup mais je n’allais néanmoins pas me plaindre de moins de travail. Sans compter que vous comprendrez aisément qu’en tous les cas, il ne serait probablement pas agi de la meilleure de mes idées.

La question est néanmoins laissée de côté lorsqu’il m’interroger sur mes activités présentes d’infirmier et ma vision de mes patients. Suis-je capable de laisser mes émotions de côté au moment de sauver n’importe quelle vie ? Ce serait trop dire, je lui explique donc simplement que j’ai depuis longtemps appris à passer outre les avis des autres. Si je le veux, je suis parfaitement capable de bloquer toute information qui me déplaît, exactement comme si la personne qui l’avait prononcée n’avait jamais ouvert la bouche. C’est d’une efficacité redoutable contre tout type d’idiot. Ça me rend néanmoins très désagréable pour certains puisque je suis seul juge de ce que je considère digne d’être écouté. Enfin, je n’ai jamais prétendu être un ange et encore moins un héros non plus alors...

-Et moi ? Tu me qualifierais comment, comme patient ?

La provocation est trop facile, la perche trop grande, je lui réponds donc du tac au tac, un sourire particulièrement amusé sur les lèvres.

-Du type particulièrement tatillon. Plus précisément, tu sembles faire partie de ces patients terribles qui veulent CE type de soins et pas un autre, bref ceux qui sont convaincus d’en savoir plus que moi sur mon job. Même si je t’accorde que, dans le cas présent, c’était parfaitement justifié. TU en savais plus que moi sur ton état et comment te soigner. Néanmoins, c’est plutôt rare. A l’exception de quelques spécialistes, il s’agit en règle générale de Messieurs-dames-je-sais-tout ou pire encore de Médicomages. Rien de pire comme patient qu’un professionnel de la santé crois-moi sur parole. Ils ne veulent jamais suivre leur traitement jusqu’au bout, certains qu’ils sont au-dessus de la nature sous prétexte qu’ils étudient la Médicomagie. Et je ne te parle même pas de leurs petits conseils pour que tu « améliores » leurs soins. Pour le coup, c’est peut-être bien le type de patient qui me met le plus à bout.

Se reporter à notre petite altercation de tantôt sur la demande de Mister Evans d’avoir du AB+ ni plus ni moins. Enfin, avec le recul, ça lui donne un certain charisme ce petit air arrogant. Bien entendu le fait qu’il puisse me tuer en un claquement de doigts s’il lui en prend l’envie joue pour beaucoup.

-Et toi quel genre de personnes t’agace le plus ?


Inconsciemment mon regard se tourne à nouveau vers les Aurors qui nous ont laissé seuls pendant notre discussion sans que je ne m’en rende seulement compte pour laisser uniquement deux gardes au niveau de l’entrée du couloir. A croire que la situation s’améliore progressivement.



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Une grande bibliothèque avec un gros chat
Une grande bibliothèque avec un gros chat

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Chevalisse
ϟ CELEBRITE : Max Irons

ϟ HIBOUX : 191
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 27/07/2012
ϟ GALLIONS : 176
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 26 ANS
ϟ PROFESSION : BIBLIOTHECAIRE

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Sam Nov 02 2013, 23:36 ϟ





"Kyles Rulin & Morgan Evans"




je voudrais être mort


En italique, flashback.

« Pourquoi tu m’as fait ça ? » avait-il demandé à son mentor. « Pour te sauver » répondit le plus âgé. « Me sauver ? Tu penses m’avoir sauvé ? Tu m’as gâché la vie ! » avait craché le jeune. « Si je ne t’avais pas transformé, tu serais mort ! » « J’aurais préféré être mort ! » avait-il hurlé.

C’est vrai, je suis tatillon. Je crois que c’est le côté vampire qui fait ça. Sinclair m’a raconté que tous nos traits de caractères étaient amplifiés et d’autres venaient s’ajouter. Les spécificités vampiriques s’immisçaient un peu plus chaque jour. La susceptibilité, la supériorité, la force, être imbu de sa personne… bref, que de bonnes qualités en somme. Oui, je veux ce type de soins et pas un autre. En même temps, je n’ai besoin que de sang, cela ne sert à rien de me donner ou de me faire autre chose, cela ne fonctionnera pas. Les vampires savent beaucoup plus de choses que les autres, cela se vérifie chaque jour. J’ai souri, narquois.


« Je te hais ! » avait-il répliqué. « Un jour, tu comprendras que j’ai fais ce qu’il fallait… » « Bulstrode a pris mon enfance ! Bulstrode a pris ma vie et mes parents ! Et toi ! Toi, tu as pris ma mort ! Je n’ai jamais été libre de rien ! Et quand enfin, j’aurais pu être libéré, tu m’en as privé ! Et tout ça pour quoi ? Faire de moi l’un des votre ! Ceux qui vivent la nuire ! Ceux qui doivent touer pour survivre ! Ceux qui ont pris mon frère ! Je te hais comme jamais j’ai haï quelqu’un ! Mais je ne peux m’empêcher de t’admirer parce que tu es mon créateur ! » Il s’était tu, observant le plus vieux. S’il avait pu lui lancer un pieu en plein cœur, il l’aurait fait. « Morgan… je sais ce que tu peux ressentir… ta colère est décuplée du fait que tu sois vampire… je sais que je n’aurais pas du mais je ne pouvais pas te tuer… Tu me fais tellement pensé à mon frère. Je n’ai pas pu te faire du mal. » Pour la première fois, il le sentait sincère. Morgan s’est détendu, un peu. « J’aurais tellement voulu avoir le choix, une fois dans ma vie… » « Tu as fais le choix de ne pas tuer… » « Tu parles d’un choix… et de toute façon quand je suis avec la Milice, je suis obligé de tuer… » « Morgan… à part les vampires de sang royal, ceux qui sont nés vampires, aucun de nous n’aime tuer pour survivre… » Le jeune soupira.


J’ose imaginer la scène entre deux soignants. C’est comme si un vampire expliquait à un autre vampire comment chasser… le truc impossible. Cela fini forcément en bain de sang. Enfin, chez les vampires… je pense que les soignants sont un peu plus disciplinés que nous ou un peu moins barbares. Nous sommes des barbares, ne serait-ce que pour notre survie. A part nous, quelle espèce doit tuer pour survivre ? Aucune. Ah si les animaux carnivores… Je ne sais pas si je dois être content de la comparaison. J’émets un léger rire. J’imagine le genre de conseils qu’un soignant peut donner à un autre pour s’améliorer.


« Je n’ai pas envie d’y aller… » « Tu es obligé, tu fais parti de la Milice ! » « Je n’ai pas envie de tuer ! » « Tu n’as pas le choix ! » « Tout ça, c’est de ta faute ! » Le jeune est parti en claquant la porte devant l’œil noir de son créateur.


« Et toi quel genre de personnes t’agace le plus ? » J’ai failli répondre les cons mais en y réfléchissant un peu, les cons sont les moins emmerdeurs. Il suffit de les remettre à leur place et ils n’emmerdent plus personne. Je me suis gratté la tête. « Beaucoup » Ce n’est pas vraiment une réponse, et pourtant… beaucoup de personnes m’agacent. Beaucoup. Les aurors se sont éloignés. Tant mieux, je n’ai pas envie qu’ils entendent notre conversation. Cela ne les regarde absolument pas.

« Ceux qui se croient supérieurs aux autres » Tiens, comme les miens. « Ceux qui emprisonnent les plus faibles » Tiens, comme Bulstrode. « Ce sont les pires ceux là. » Ma voix a viré à la colère. « Ils se croient tout permis parce qu’ils sont de sang-pur ! Ils traitent ceux qui n’ont pas eu la même chance, parce que oui c’est une chance d’être sang-pur, comme des animaux et encore, les animaux sont nettement mieux traités. Avec eux, nous ne sommes plus qu’un inconnu. On n’a plus d’identité… évidemment retenir un prénom, c’est tellement difficile. On s’appelle Hey Toi ! La chose ! L’esclave ! ou simplement Hey… tu fais ce qu’on te dit et surtout tu ne ripostes pas. Tu manges ce que l’on veut bien te laisser… tu dors là où l’on veut bien de toi… et puis un jour, quand tu es trop grand pour servir, on te donne en pâture à des vampires qui n’attendent que ça, avoir de la chair fraiche… » Je me suis tu quelques secondes. « Si tu as de la chance, tu t’éteins en paix… si tu n’en as pas, tu deviens l’un des leurs pour l’éternité… » Je divague. « Libre mais à quel prix ? Je suis vivant et je suis mort. Je dois tuer pour survivre… alors ces personnes qui se croient meilleures que les autres m’agacent, pire elles m’exècrent. » J’en ai beaucoup trop dit. La question était pourtant si simple. Mais la réponse, elle est compliquée. Je déteste tous ceux qui sont libres. Parce que eux, ils ont le choix de leur vie. Je me suis rassis sur le banc. « Je voudrais être mort » lâchais-je sans me soucier que Kyle entende ou pas. A vrai dire je m’en fichais qu’il entende…





Humain le jour, Vampire la nuit.
Le sang me fait vivre...
Je ne suis qu'un monstre sans vie
Un monstre qui ne devrait pas survivre...
Ma corvée, résister à l'appel
Ne plus jamais chuter
Pour qu'enfin, un jour je sois libéré


~ DOUBLE DE JAMES POTTER - MATTHEW SCOTT - ERWAN SANDERS ~
~ ZEPHYR CASAR - BELLATRIX LESTRANGE ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 93
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 100
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Lun Nov 11 2013, 18:38 ϟ


-Tout le monde tue pour survivre. Les humains sont juste plus doués que les autres pour se mentir sur la question.

La remarque m’échappe toute seule. Pourtant elle est criante de vérité. Tuer ou être tué. Manger pour survivre. C’est la loi de la nature. L’homme a simplement rajouté un vernis de civilisation sur ses instincts primaires s’offrant ainsi le luxe de regarder le reste des espèces de haut. Pourtant, nous ne valons pas mieux que les animaux ou les vampires pour ne pas s’éloigner de notre sujet de conversation. Sans chasse, nous ne survivrions pas. Et que dire de nos élevages industriels ? Sont-ils plus humains que le « buffet gratuit » d’esclaves ayant atteint leur majorité que nous offrons aux sujets de Lord Ó Raghallaigh ? Savons-nous réellement si les animaux que l’on traîne à l’abattoir ne souffrent pas d’angoisse à l’idée de mourir ? Qu’est-ce qui nous permet de laisser tous ces questionnements de côté ? La réponse est aisée : notre besoin de nourriture.

Nous sommes omnivores. Et, pour autant que les végétariens et autres végétaliens essayent de nous en convaincre autrement, nous ne pouvons survivre sans protéines animales. Bien sûr, aujourd’hui, les compléments alimentaires permettent de combler le manque de viande mais il ne s’agit que d’un subterfuge. L’homme est un prédateur comme un autre. La seule différence est qu’il ne se reconnaît pas comme tel. Ou plutôt, il est tellement sûr de sa supériorité qu’il considère son besoin de subsistance comme un droit « naturel » plutôt que ce qu’il est tout simplement, à savoir la loi du plus fort sur le plus faible.

La différence entre vampires et humains n’est donc de mon point de vue pas notre menu mais notre vision des choses concernant ce qui termine dans notre estomac. En effet, en mettant les vampires de race pure qui apprécient de tuer de côté, ce qui distingue un humain d’un vampire est que ce dernier éprouve des remords avant de tuer son prochain repas. Or combien d’humains peuvent dire ressentir autre chose qu’un véritable régal devant un plat joliment mijoté ? Bien entendu, il est facile de se voiler la face quand nous n’avons pas à faire face à l’animal en tant que tel mais celui qui s’arrête à penser une seconde à ce qui se trouve dans son assiette comprendrait facilement que les lapins qu’ils trouvent si mignons sont pourtant bien dans son plat. C’est là toute l’hypocrisie de la race humaine qui se refuse à manger les animaux desquels elle est « proche ». Manger du chien, du chat ou du cheval ? Quelle horreur ! Mais un bon steak de bœuf ou une dorade à la poêle, alors là tout va bien. Après tout, tout le monde sait que les poissons et les bovins n’ont pas un cerveau assez développé pour comprendre ce qu’il leur arrive. Personnellement, ça me fait bien rire. Mais, attention, pas de confusion. Je ne prône nullement le régime végétarien, loin de là, je suis un carnivore convaincu, je ne me mens simplement pas sur la provenance de mon hamburger, contrairement à d’autres.

-Je voudrais être mort.

Je comprends le sentiment. Après tout, la vie n’a de valeur que parce qu’elle est éphémère, n’est-ce pas ? A mon avis en tous les cas, il n’y a rien de pire à souhaiter à quelqu’un que l’immortalité. Imaginez-vous vivre indéfiniment : l’ennui et la fatigue finiraient forcément par vous gagner et, malgré tout, vous ne pourriez pas partir. La pire des tortures. Et que dire de voir tous vos proches vous quitter les uns les autres ? Non, il est clair que l’immortalité, ce n’est pas pour moi. Je pose donc la question qui m’intrigue depuis le début de notre conversation à Morgan.


-Et tu n’as jamais essayé d’en finir ? Les vampires doivent bien avoir leur propre moyen de se suicider non ?


Pas des plus recommandés comme conseil de la part d’un infirmier je vous l’accorde, mais je vous rappelle qu’une partie de mon travail consiste, pour autant que j’en aie horreur, à savoir quand est-ce qu’un patient désire simplement partir plutôt que de continuer à se battre. Bien entendu, je ne dis pas que maintenant sois le moment d’encourager mon compagnon de cellule à en finir avec la vie mais en parler ne lui fera certainement pas plus de mal que se taire.



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Une grande bibliothèque avec un gros chat
Une grande bibliothèque avec un gros chat

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Chevalisse
ϟ CELEBRITE : Max Irons

ϟ HIBOUX : 191
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 27/07/2012
ϟ GALLIONS : 176
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 26 ANS
ϟ PROFESSION : BIBLIOTHECAIRE

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Lun Déc 09 2013, 09:17 ϟ





"Kyles Rulin & Morgan Evans"




il y a trois façons de mourir pour un vampire...


J’aurais pu rire de la remarque de Kyle si la situation n’avait pas été aussi pathétique. Je suis enfermé. Encore. Quelle comique tragédie. Elle est pourtant tellement vraie. Oui, les humains sont les spécialistes pour le mensonge. Quand je n’étais encore qu’un humain, je ne m’étais jamais posé la question du « tuer pour survivre ». En ce qui me concernait, j’obéissais pour survivre. Ce qui est totalement différent. Je mangeais ce que l’on me donnait, et honnêtement je ne voulais pas savoir d’où la nourriture provenait. Je doute qu’elle fusse fournie par le magasin du coin de la rue. Obéir pour survivre. Voilà, la vie d’esclave. Pour moi, tuer pour survivre est quelque chose de nouveau. Quelque chose avec lequel, je dois apprendre à vivre. Que je le veuille ou non, je n’ai pas le choix. Je ne l’ai jamais eu de toute façon. Ça, ça ne change pas. Ma vie est tellement pathétique. « Et tu n’as jamais essayé d’en finir ? Les vampires doivent bien avoir leur propre moyen de se suicider non ? »

J’ai éclaté de rire. La question est tellement inattendue – surtout de la part de quelqu’un qui sauve des vies – qu’elle en est drôle. Je n’aurais jamais pensé que quelqu’un puisse me la poser. J’ai levé les yeux vers l’infirmier. Le suicide existe effectivement, même chez les vampires… seulement, les méthodes ne sont pas des plus agréables même pour un vampire et puis surtout, il n’y a que trois façons de mourir pour un vampire. La premier, le décapitage et là, même pour le vampire originel – celui qui est maitre de tous les vampires, celui qui est le plus fort – c’est impossible à réaliser seul. Essayez donc de prendre une épée ou une machette et de vous guillotiner… vous ne réussirez qu’à vous couper l’artère et encore… Pour la seconde solution, c’est le soleil… mais la mort est si longue que même le vampire le plus courageux ne résisterait pas. Le but du suicide, c’est d’avoir une mort rapide… là, il vous faut plusieurs heures pour que le soleil vous brûle entièrement et pour peu que quelqu’un vous trouve avant, cela risque de vous sauver la vie… comme Kyle toute à l’heure en me mettant à l’ombre… Et enfin, la dernière manière de mourir pour un vampire, c’est un pieu dans le cœur… Et là, il faut parfaitement viser. En plein milieu du cœur. Pas à droite, pas à gauche, non en plein milieu et honnêtement même si les vampires pouvaient se voir dans un miroir, ils n’y arriveraient pas. Essayez donc de vous poignarder le cœur en plein milieu sans miroir ? « Tu as encore tellement de choses à apprendre des vampires Kyle » lui dis-je, une pointe d’amusement dans la voix. J’ai joué durant quelques secondes avec mes doigts. « Pour vous les humains, toutes les méthodes sont bonnes pour mourir, même chez les sorciers… » Même si les sorciers ont beaucoup de faciliter à soigner, une balle en pleine tête, ils ne peuvent rien faire, c’est un fait. « Comme tu le sais, les vampires sont immortels du fait que rien ou presque ne peut les tuer. C’est l’avantage d’être déjà mort… » Je rigole mais, honnêtement, je ne vais pas me mettre à pleurer… et puis un vampire ne pleure pas… « Nous n’avons que trois façons de mourir. Seulement trois… le décapitage, le soleil et le pieu dans le cœur… maintenant, sachant que le soleil met cinq heures et vingt-deux minutes pour tuer le plus jeune des vampires, que même le plus vieux des vampires ne peut se décapiter seul, et que même avec un miroir trouver le milieu de son propre cœur est quasiment impossible, expliqe-moi comment un vampire peut-il se suicider seul ? » C’est impossible. Simplement impossible. « Mais rassure-toi, j’avais déjà pensé à cette possibilité mais je me suis vite rendu-compte que malheureusement pour moi, je ne peux pas non plus choisir de me suicider… » Pathétique.

Je me suis étiré faisant craquer toutes les phalanges de mes doigts. « J’ai fini par me faire une raison que je ne pourrais pas mourir… tu sais, je ne veux pas me plaindre même si c’est l’impression que je donne. J’ai accepté ce que je suis, même si je le vis mal. Je n’ai pas le choix d’être ce que je suis, je n’ai jamais eu ce choix mais aujourd’hui, je fais tout ce que je peux pour tuer le moins d’humains possibles. Je préfère dévaliser les banques de sang – et ne pas être au top de ma force – plutôt que d’aller vider un pauvre né-moldu qui n’a rien demandé à personne. Tu sais, les miliciens n’ont pas le droit – enfin plus le droit est plus juste – de boire le sang d’un sorcier de sang-pur ou de sang-mêlé… on ne doit se nourrir que des enfants nés-moldus qu’on nous apporte, rien d’autre. Evidemment, les moldus on peut y toucher, tout le monde s’en fiche… les moldus je n’y touche pas… pour les nés-moldus, je ne peux pas tous les sauver… même si j’en ai envie… » Je me suis arrêté quelques secondes. C’est étrange cette façon que j’ai de parler. Je n’ai jamais autant dévoilé ma vie qu’aujourd’hui. C’est tellement bizarre… « Enfin… je me console en me disant que je survivrais à Voldemort… car contrairement à moi, LUI, n’est pas immortel. » Une lueur de sadisme et de haine a du passer dans mes yeux à cet instant.






Humain le jour, Vampire la nuit.
Le sang me fait vivre...
Je ne suis qu'un monstre sans vie
Un monstre qui ne devrait pas survivre...
Ma corvée, résister à l'appel
Ne plus jamais chuter
Pour qu'enfin, un jour je sois libéré


~ DOUBLE DE JAMES POTTER - MATTHEW SCOTT - ERWAN SANDERS ~
~ ZEPHYR CASAR - BELLATRIX LESTRANGE ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 93
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 100
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Mar Déc 17 2013, 22:03 ϟ


J’ai fait rire un vampire. Je me demande si c’est un exploit dont on peut se vanter ou bien s’il vaut mieux taire ce genre d’épisodes. Dans le cas présent néanmoins, je pense que la réponse est assez évidente : pour le bien de tous, j’éviterais d’ébruiter toute cette affaire. Ne serait-ce que parce que discuter suicide avec un immortel m’amènerait directement au service psychiatrique de Sainte-Mangouste mais côté patient pour le coup et, mine de rien, je tiens à mon travail. Sans compter qu’il me semble peu recommandé de crier sur tous les toits que j’ai été mêlé à l’arrestation d’un vampire lors de la manifestation anti-créatures de Lord Hills. Je me suis en effet bien habitué à ma tranquillité de vie et tout comme je serais prêt à me mettre en danger si la situation le demandait – le fiasco de tantôt avec nos chers amis Aurors l’a bien démontré je pense – je ne tiens pas plus que cela à m’attirer des ennuis pour le simple plaisir d’afficher mes aventures en public. Le quart d’heure de gloire, très peu pour moi.

-Tu as encore tellement de choses à apprendre des vampires Kyles.

Oui tout. Enfin, minus les quelques informations glanées dans mon livre de quatrième année de Défense Contre les Forces du Mal. Bref, autant dire que mes connaissances sont limitées. Car, malgré tout le respect que je peux avoir pour l’institution ancestrale que représente Poudlard, les manuels ne sont pas toujours au niveau. Ainsi, si je n’ai jamais rien trouvé à redire à ceux d’Enchantements, de Botanique ou encore de Métamorphose, il en va autrement de l’Histoire de la Magie, la Divination ou, dans le cas qui nous concerne, la Défense Contre les Forces du Mal. Certes, le sujet est rarement enseigné par des gens compétents – serait-ce dû au fait que notre Premier Ministre est décrit par beaucoup comme une Force du Mal à lui tout seul ? – mais ce n’est pas une raison pour bâcler le programme. Franchement cela tuerait-il quelqu’un de nous fournir des bases solides, plutôt qu’un beau tissu d’âneries que le monde adulte s’empresse de contredire ? Je veux dire, je sais qu’en tant qu’ancien Serdaigle, j’ai un goût pour l’érudition plus élevé que la moyenne, mais j’ose espérer que je n’en suis pas pour autant le seul à considérer qu’un établissement scolaire de la trempe de Poudlard se doit de fournir un certain niveau de formation !

Enfin, pour le coup, voici qu’il m’est donné l’occasion de m’instruire à nouveau, je suis donc tout ouïe. Je suis d’ailleurs assez surpris par la précision des détails fournis. Comment peut-il savoir qu’il faut préciser cinq heures et vingt-deux minutes pour tuer un vampire nouveau-né à la lumière du soleil ? Non, à la réflexion, je préfère ne pas imaginer les expériences tordues qui ont dû à tous les coups être réalisées pour arriver à un résultat si précis. Je me contente donc d’écouter la suite en silence. Et j’en arrive à la conclusion suivante qui avait déjà commencé à se former progressivement dans mon esprit au fur et à mesure de notre discussion :


-En fait, tu es un sacré brave type. Bien plus que de nombreux humains que je connais.


L’affirmation est sortie toute seule, telle l’évidence qu’elle me semble désormais. Pour un vampire, pour un ancien esclave par-dessus le marché, et tout bonnement pour une personne, Morgan a un cœur drôlement gros. Parce que je vous assure qu’à sa place, je ne serais pas aussi serein et surtout je ne pense pas que j’aurais une telle retenue vis-à-vis de ma nourriture. Certes, il essaye de sauver ceux qui n’ont pas eu sa « chance » avec toutes les guillemets nécessaires à ce mot, mais cela ne change rien au fait qu’il fait plus que personne ne lui en demande. Après tout, avec ce qu’il a vécu, il aurait parfaitement pu décider de se venger à sa manière. Bon, bien entendu, c’est plus facile à dire qu’à faire si la structure hiérarchique de la société vampirique telle qu’elle nous avait été présentée en cours est réelle, mais croyez-moi que, s’il avait voulu faire chier son monde, il aurait pu emmener dans la mort bien du monde avant d’être arrêté…

Je m’apprête donc à développer quelque peu mes propos lorsque la porte s’ouvre de nouveau et Mrs Hunk fait sa deuxième apparition de la journée. Elle a l’air tout aussi guindée que tout à l’heure, peut-être même plus. Je ne sais si une bonne ou une mauvaise chose mais les papiers qu’elle tient dans la main me font espérer une issue administrative à notre histoire, autrement dit longue et ennuyante mais sans grande conséquence. Et pour une fois le grand Merlin semble avoir entendu mes prières car voilà que la quarantenaire recommence à débiter un discours prémâché d’un ennui mortel mais annonçant une fin prochaine à ce foutu calvaire.


-Après discussion avec les représentants de votre espèce, il a été décidé de vous laisser repartir Mr Evans. Je vous demanderais seulement de bien vouloir signer ces papiers et de rester dans les parages au cas où le Bureau des Aurors désirerait prendre votre déposition à une date ultérieure.


Traduction : mes chefs m’ont fait la morale pour avoir arrêté un vampire et nous essayons désormais de nous débarrasser de vous au plus vite avant qu’un scandale nous éclate à la figure, outre que celui déjà causé par cet abruti de Hills et son besoin de se faire voir du grand public. Merci donc de signer en vitesse et de vous tirer sans faire d’histoires. Sur ce, le Ministère de la Magie de Grande-Bretagne vous souhaite une bonne journée.

-Quant à vous Mr Rulin, vous serez recontacté dans le courant de la semaine prochaine pour venir faire votre déposition dans les locaux du Magenmot. Vous avez le droit à un avocat mais sachez qu’il s’agit d’une simple procédure de routine.

Traduction de nouveau : on veut être sûr que tu n’iras pas raconter ce que tu as vécu au premier péquenaud venu et, si besoin est, on te le fera comprendre en te mettant un peu de pression. Alors, pour nous éviter à tous des ennuis, je me contente de lui adresser un sourire complètement surfait et de préciser.

-Je vous en prie. Malheureusement, je pense que je n’aurais probablement pas le temps de me rendre au Ministère, ayant un emploi du temps des plus chargés, je vous enverrais donc ma déposition dûment signée en temps voulu par voie de mon père, Lord Rulin. Il est employé du Ministère lui-même, cela fera donc gagner du temps à tout le monde.

Et … traduction de mon crû : il est hors de question que je rentre dans votre petit jeu, je connais parfaitement mes droits et, à moins que vous n’ayez une raison de m’arrêter, ce que vous n’avez nullement, rien ne m’oblige à faire une déposition, encore moins au Ministère.



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Une grande bibliothèque avec un gros chat
Une grande bibliothèque avec un gros chat

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Chevalisse
ϟ CELEBRITE : Max Irons

ϟ HIBOUX : 191
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 27/07/2012
ϟ GALLIONS : 176
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 26 ANS
ϟ PROFESSION : BIBLIOTHECAIRE

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Jeu Jan 09 2014, 18:46 ϟ





"Kyles Rulin & Morgan Evans"




je crois qu'on est libre...


Brave type. C’est la première fois que quelqu’un me dit ça. D’habitude, c’est plutôt… je ne sais pas en fait. On m’a tellement donné tous les noms d’oiseaux qui puissent exister que je ne saurais pas lequel choisir. « Merci » ai-je murmuré. J’ai même souri. Je crois. Je l’aime bien ce type-là. Pas, parce qu’il me fait des compliments mais par sa spontanéité et par son absence de pitié. Je n’aime pas être pris en pitié.

Je lève la tête en même temps que lui. Mrs Hunk est revenue. Ne nous foutra donc t-elle jamais la paix ? Elle a un tas de papier dans la main. Est-ce ma libération qui pointe le bout de son nez ? J’en doute mais je ne peux qu’espérer. Certaines personnes du ministère n’aiment pas les vampires, sont contre Voldemort alors tenir un soi-disant partisan du Maitre incontesté de la Magie Noire, je doute qu’ils veuillent le laisser partir comme ça. Dommage que le soi-disant partisan soit moi. Je n’ai jamais eu de chance dans ma vie, cela ne va pas commencer aujourd’hui.

J’ai pensé trop vite. C’est un fait. On me laisse partir. Quel bonheur. En même temps j’étais bien ici, à discuter avec mon humain. Rien que pour partir, je signerais n’importe quoi. Et qu’ils se rassurent je n’ai pas l’intention de partir de Londres. J’habite ici. Je travaille ici. J’ai une copine ici. J’ai un chat ici. J’ai ma banque de sang ici. Je ne peux pas partir.

Je n’ai pas rigolé. Je crois que la bonne femme n’aurait pas apprécié. N’empêche qu’il a de la réparti le gamin pour répondre au Ministère. Je l’aime vraiment bien. Pas que pour son sang, entendons-nous mais j’admets si je pouvais regouter à ce liquide fruité. Je me suis giflé mentalement. Je délire. J’ai tendu la main pour prendre les papiers de la madame et sa plume. J’ai signé. « Voilà. Si vous me cherchez, je serais à la librairie enchantée dans le quartier moldu. Maintenant, si vous voulez bien… » Je lui ai fais signe de s’écarter de mon chemin. J’ai attrapé Kyles par la manche et je suis sorti de la cellule, observant tout de même les gestes des aurors. Des fois qu’ils changent d’avis. On a traversé le couloir sans que personne ne nous attrape. « Je crois qu’on est libre… » lançais-je en regardant derrière moi. Personne en vue.

J’ai lâché la manche de Kyles. « Je… » Silence. « … Merci Kyles, vraiment ». Il est rare que je dise merci. De un, parce que peu de gens m’ont aidé et de deux, parce que je n’ai jamais appris à le faire… « Merci de ton aide… accompagne-moi jusqu’à ma libraire, j’ai quelque chose à t’offrir et tu n’auras pas le droit de refuser ». L’ascenseur pour se rendre dans le hall venait de s’ouvrir devant nous.







Humain le jour, Vampire la nuit.
Le sang me fait vivre...
Je ne suis qu'un monstre sans vie
Un monstre qui ne devrait pas survivre...
Ma corvée, résister à l'appel
Ne plus jamais chuter
Pour qu'enfin, un jour je sois libéré


~ DOUBLE DE JAMES POTTER - MATTHEW SCOTT - ERWAN SANDERS ~
~ ZEPHYR CASAR - BELLATRIX LESTRANGE ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 93
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 100
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Lun Jan 13 2014, 19:21 ϟ


En d’autres circonstances, il est très probable - voire même certain - qu’être traîné par la manche par un vampire n’aurait pas amené un sourire sur mes lèvres. Mais, étant donné qu’il faut une première fois à tout, je me laisse emporter sans rechigner à travers le dédale de couloirs du Ministère par la poigne décidée de Morgan. Au contraire même, je ressens un réel soulagement à savoir que tout ce calvaire est officiellement terminé. Non pas que je crache sur un peu d’excitation de temps à autres, mais les évènements de la journée ont largement dépassé mon quota pour le mois, voire l’année. J’imagine d’ailleurs déjà le supplice que va constituer la discussion familiale du prochain repas dominical lorsque Père amènera sur la table le sujet de mon implication auprès d’un membre de la Milice vampirique – travaillant au Ministère, il est impossible qu’il ne l’apprenne pas au plus vite. Chacun voudra rajouter son grain de sel pour mettre en avant mon imprudence, Père de sa voix toujours posée, Mère avec une pointe d’hystérie, quant à Gwen je ne peux que me réjouir qu’elle soit encore à Poudlard sinon j’entends d’ici son petit ton supérieur. Parce que pour autant que j’adore ma sœur, ce n’est pas une Serpentarde pour rien et, appuyer exactement là où ça fait mal, elle sait très bien faire.

Je quitte néanmoins mes prévisions funestes de remontrances parentales lorsque la voix de Morgan parvient à mes oreilles pour … me proposer de l’accompagner jusqu’à sa librairie où il se trouve avoir un cadeau pour moi. Pour une surprise, en voilà une surprise. En effet, lorsqu’il a expliqué à Hunk où elle pouvait le trouver je n’ai pas particulièrement tilté mais désormais je réalise l’ampleur de l’information : Morgan possède une librairie dans le quartier moldu ! Clairement éloigné de l’image typique du milicien… si tant est que toute notre discussion précédente n’ait pas déjà fini de m’en convaincre. Je ne peux donc retenir un nouveau sourire amusé en m’exclamant :


-Eh bien tu es définitivement rempli de mystères Morgan Evans.


Je ne me fais cependant pas prier pour l’accompagner. Tout d’abord car le Serdaigle en moi brûle de savoir quel nouveau livre sera bientôt en notre possession commune et ensuite car ma curiosité naturelle me pousse instinctivement à aller jeter un coup d’œil à cette fameuse librairie tenue par un milicien. Je n’ai malheureusement plus tellement le temps de faire les occasions de Fleury et Bott depuis que j’ai entamé ma formation à Sainte-Mangouste et je dois reconnaître sans honte que le monde poussiéreux des livres rares et anciens me manque. Pour être honnête, le monde des livres tout court. Pour autant que mon travail soit des plus enrichissants, il ne titille pas forcément mon intellect au quotidien. Certes, un cas plus difficile qu’un autre peut toujours arriver mais c’est en général au Médicomage en charge du patient de chercher la solution. Un infirmier n’a qu’une certaine marge de manœuvre. Heureusement, le côté social de l’affaire compense largement. Mais, cela n’enlève rien à mon envie d’en savoir toujours plus sur le monde.

-Je te suis donc, déclarais-je ainsi avant de rajouter, signe que la curiosité ne s’arrange définitivement avec l’âge. D’ailleurs, si ce n’est pas trop indiscret d’où t’es venue l’idée d’ouvrir une bibliothèque ? J’imagine bien qu’avec l’éternité devant toi, il te fallait une occupation mais pourquoi celle-ci et pas une autre ?

Non pas que j’aille m’en plaindre, loin s’en faut, mais tout de même vous conviendrez que c’est étrange comme choix de carrière.

[HJ : J’ai volontairement choisi de ne pas avancer puisque je ne savais pas comment tu allais les amener à la librairie. Mais, promis au prochain je fais plus long ]



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Une grande bibliothèque avec un gros chat
Une grande bibliothèque avec un gros chat

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Chevalisse
ϟ CELEBRITE : Max Irons

ϟ HIBOUX : 191
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 27/07/2012
ϟ GALLIONS : 176
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 26 ANS
ϟ PROFESSION : BIBLIOTHECAIRE

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Mar Jan 28 2014, 20:19 ϟ





"Kyles Rulin & Morgan Evans"




un vampire paie toujours ses dettes...


« Eh bien tu es définitivement rempli de mystères Morgan Evans. » C’est le propre d’un vampire d’avoir des mystères… J’ai souri, sans rien dire. Je me contente simplement de sortir du Ministère, sans oublier de remettre ma capuche. Maintenant que je suis sorti d’affaire, cela serait idiot de brûler de nouveau. « D’ailleurs, si ce n’est pas trop indiscret d’où t’es venue l’idée d’ouvrir une bibliothèque ? J’imagine bien qu’avec l’éternité devant toi, il te fallait une occupation mais pourquoi celle-ci et pas une autre ? » J’ai rigolé. Il est vrai que j’ai l’éternité devant moi et que je pourrais faire tout ce que je veux, reprendre des études, faire beaucoup de métiers différents mais non… la librairie, c’est toute ma vie. « C’est un rêve de gosse. Le seul que j’ai réussi à garder, le seul que Bulstrode n’a pas pu m’enlever… » Je suis un peu amer dans le ton de ma voix. « Il a tout détruit autour de moi, ma vie, mes parents, mon frère, mais ça, non. J’aime lire. J’aime tourner les pages et sentir l’odeur des vieux livres… tu n’imagines pas tout ce que l’on peut apprendre en lisant un livre… » J’ai tout appris en lisant les livres des Bulstrode, en cachette. Je me souviens que Tinky avait toujours peur que je me fasse prendre. Mais après la première correction que Bulstrode m’avait infligé en me découvrant dans la bibliothèque, je m’étais juré que jamais il ne m’y reprendrait. Il n’a jamais réussi. C’est la seule fierté que j’ai, et que je garderais pour l’éternité et ça, ça n’a pas de prix. « J’ai un gros chat aussi » Moonraker le chat. Il est gros, gras, il dort tout le temps et quand il ne dort pas il mange. Bref, il ne sert à rien mais je l’aime, mon chat. Je suis passé dans le quartier moldu pour me rendre à la bibliothèque. Evidemment, lui n’aura le droit de ne voir que le côté moldu. La ruelle de l’Espoir n’est pas pour lui. Je l’y aurais déjà vu sinon. La bibliothèque est fermée, c’est dimanche. Tant mieux, je n’aurais pas à inventer une histoire à Loïs. En fait si, j’aurais à en inventer une pour lui justifier mon absence de ce dimanche… mais j’ai encore le temps. J’ouvre la bibliothèque et laisse Kyle entrer le premier. « Bienvenu chez moi… » J’ai beau avoir un appartement, c’est ici que je me sens le mieux. « Je te laisse visiter le temps d’aller chercher ce que j’ai pour toi. Tu peux caresser le chat, il ne mord pas ». Je me suis éclipsé rapidement dans l’arrière boutique pour passer dans la libraire sorcière. En fait, j’ai deux choses à lui donner. Une parade contre les vampires et un livre sur les maladies sorcières. C’est un vieux livre unique, qui vaut très cher, mais je pense qu’il lui sera plus utile qu’à moi. Je retourne du côté moldu. Le chat se frotte à moi dans un miaulement rauque. Je lui fais une caresse entre les deux oreilles et rejoins Kyles. « Les vampires sont très susceptibles, tu ne peux refuser ce que je vais t’offrir… »

Je lui tends le livre. « C’est un livre que j’ai obtenu d’un collectionneur sorcier australien. Cela concerne les maladies rares sorcières. Je pense qu’il te sera plus utile à toi qu’à moi. Je crois même qu’il parle des maladies que les loups-garous et les vampires peuvent transmettre ou un truc dans le genre, j’ai pas tout compris… mais bon j’ai pas fait d’études alors… » J’ai appris à lire tout seul, bien que Tinky m’ait beaucoup aidé. Tout ce que je sais, c’est dans les livres que je l’ai appris. Je suis ce que l’on appelle chez les moldus, un autodidacte. Bref. « Fais attention, il est vieux. Je lui ai appliqué un sortilège d’anti-vieillissement mais il reste tout de même fragile ». Le chat s’est collé dans nos jambes en miaulant. Je l’ai ignoré. J’ai sorti un petit sachet de ma poche que j’ai donné à Kyle. « Ceci, s’appelle de la Verveine. Les vampires sont sensibles à l’ail et au soleil, ça tout le monde le sait mais ce que beaucoup ignore c’est qu’ils sont aussi sensibles à la verveine. Je te conseille de t’en faire une tisane tous les soirs, ton sang deviendra imbuvable pour tous les vampires, même moi. Tu m’as sauvé la vie aujourd’hui, moi j’empêche les autres de te faire du mal. Un vampire paie toujours sa dette, je paie la mienne. » C’est la première règle des vampires. Payer ses dettes. Je l’ai très vite appris. « Tu en as pour un bon bout de temps mais si jamais tu venais à manquer, viens me voir, j’en ai une réserve chez moi. » A sa tête, il doit se demander pourquoi j’ai quelque chose de mauvais pour moi dans mes placards. J’ai souri. « J’en mets dans la tisane de ma copine » Il faut bien que je la protège de moi. Je suis parfois incontrôlable surtout lorsque je reviens de mission avec la Milice. Quand je dis mission, je parle du « buffet » que le Ministre nous offre. J’ai souvent voulu gouter le sang de Loïs et pour m’y en empêcher je lui mets de la verveine dans sa tasse. Elle ne le sait pas, elle ne doit pas le savoir et tout se passe très bien. « Alors… y-a-t-il un livre qui te plairait ici ? Si tu veux un livre sorcier, donne-moi son titre et son auteur, et je te trouverais ça… ». Je crois que Tinky serait content de me voir discuter avec quelqu’un d’autre que mon chat.








Humain le jour, Vampire la nuit.
Le sang me fait vivre...
Je ne suis qu'un monstre sans vie
Un monstre qui ne devrait pas survivre...
Ma corvée, résister à l'appel
Ne plus jamais chuter
Pour qu'enfin, un jour je sois libéré


~ DOUBLE DE JAMES POTTER - MATTHEW SCOTT - ERWAN SANDERS ~
~ ZEPHYR CASAR - BELLATRIX LESTRANGE ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 93
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 100
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Mer Fév 05 2014, 21:24 ϟ


-Tu n’imagines pas tout ce que l’on peut apprendre en lisant un livre…

A vrai dire, je crois que j’ai une plutôt bonne idée de la question. Evidemment, mon esprit étant incapable de matérialiser l’intégralité des connaissances que le monde a à offrir, il m’est par conséquent impossible d’imaginer réellement tout ce qu’on pourrait apprendre s’il était seulement humainement possible de lire tous les livres du monde. Néanmoins, tout le monde a compris qu’il s’agissait d’une phrase rhétorique par laquelle Morgan me faisait savoir comment il a réussi à rester sain d’esprit toutes ces années durant. Je me contente donc de hocher silencieusement la tête pour lui démontrer par-là mon acquiescement à ses propos. L’invention de l’écriture fut effectivement une grande avancée de l’humanité de par la possibilité qu’elle a induit d’apposer les connaissances de tout un chacun sur le papier pour que quiconque puisse s’en abreuver. Bah quoi vous vous attendiez à quelle autre type de réaction de la part d’un Bleu-et-Bronze ? Si je n’ai pas passé ma scolarité à la bibliothèque c’est car j’avais besoin d’air frais et de contact humain, pas par dégoût des livres, loin de là.

Je suis ainsi donc on ne peut plus heureux à l’idée de suivre Morgan dans son antre et me fait une joie de commencer à laisser courir mon regard sur les étagères lorsqu’il me le propose. J’observe le gros chat du coin de l’œil mais ne m’en approche pas. Qu’il morde ou pas, je n’ai jamais eu de feeling particulier avec les animaux, alors je ne ressens pas le besoin particulier d’aller le caresser. S’il vient à moi ensuite, très bien, j’accèderais à sa demande, mais entretemps, parcourir les allées de la bibliothèque m’attire bien plus.

Je découvre sans surprise qu’il s’agit de littérature moldue et constate une fois de plus mon inculture en la matière. J’ai beau ne pas être totalement à la ramasse sur la question, je n’ai pas grandi dans une famille de sang-pur et dans une société ouvertement anti-moldus sans conséquence. Si j’ai des notions sur les techniques moldues, en particulier dans le domaine de la médecine qui est celui qui me concerne le plus, je dois avouer mon absence quasi-totale de connaissances en matière de littérature de fiction. Pourtant, ce n’est pas par manque d’intérêt. Plutôt par manque de possibilités. En effet, Poudlard n’offrait pas ce type de lectures, et ce avant même la prise de pouvoir du Seigneur des Ténèbres, quant à la bibliothèque familiale, je crois pouvoir dire que je l’ai parcourue de long en large et rien qui ne soit écrit par un non-sorcier n’y figurait. Peut-être bien que l’œuvre d’un Cracmol ou deux ont pu s’y glisser subrepticement mais c’est sûrement là le summum de la désobéissance aux règles des Sang-Purs que mes parents ont pu s’accorder. Car ce n’est pas tant qu’ils soient opposés aux moldus mais ils ne leur portent aucun intérêt, voire parfois même une sorte de léger mépris teinté de dédain qui a tendance à m’agacer. Enfin, les disputes familiales n’étant pas ma tasse de thé favorite, j’évite de les amener sur ce sujet. Et ce, d’autant plus avec la conjoncture politique actuelle. En effet, chez les Rulin la règle est bien claire : moins on parle politique, mieux tout le monde se porte. J’appelle ça la technique de l’autruche personnellement, mais il faut reconnaître que ça a marché pour des générations et des générations alors pourquoi cela ne continuerait-il pas ?

Je suis ainsi sur le point de sortir un livre intitulé « Un tramway nommé désir » des rayonnages pour en lire la quatrième de couverture car le titre m’a intrigué - j’ai beau n’avoir pas la moindre idée de ce qu’est un tramway quelque chose me dit qu’on ne l’appellerait pas pour autant désir – lorsque Morgan refait son apparition, un ouvrage ancien sous le bras. Je ris à sa remarque et réponds, amusé :


-Bah, pas d’inquiétude, avec moi, un livre c’est toujours un cadeau réussi.

Ok, je retire tout ce que je viens de dire. Ce livre c’est bien plus qu’un cadeau réussi, c’est une véritable pépite ! Noël avant l’heure ! Je résiste à grand peine à l’envie de me jeter dessus pour le dévorer d’un seul trait avant de recommencer à le lire plus attentivement pour en mémoriser chaque détail. Je me contente par conséquent de le prendre avec délicatesse, lui jetant un regard de quasi adoration et promettant d’un murmure d’en prendre le soin qu’il mérite. Puis, mon attention est de nouveau reportée sur Morgan lorsqu’il m’apprend une nouvelle chose sur le métabolisme des vampires. Allergique à la verveine ? En voilà une information surprenante ! C’est Mère qui serait heureuse de savoir que ses tisanes entre amies ont un effet bénéfique sur sa santé. Enfin, je crois pourtant que cette information là je vais me la garder pour moi. Du moins, je ne vais pas aller la crier sur tous les toits, Merlin seul sait ce que des esprits mal intentionnés pourraient faire avec. A la place, je remercie Morgan chaleureusement, évitant de l’interroger sur sa copine, ça me paraîtrait déplacé. Pourtant, je crève d’envie de savoir si elle est au courant qu’elle sort avec un vampire, mais quelque chose me dit que non, sinon toute l’histoire de la verveine serait inutile…

-Merci, c’est vraiment sympa. Au pire, ma mère en a au manoir, mais ça me fera toujours une occasion de repasser si je venais à être en manque, déclarais-je en souriant. Quant à ta proposition concernant un ouvrage qui me ferait plaisir, j’avouerais que je suis déjà bien comblé avec ton cadeau, alors si je devais choisir, je crois que je préfèrerais que tu me conseilles un livre pour commencer à découvrir la fiction moldue. J’ai toujours eu une véritable curiosité pour savoir comment les Moldus nous imaginaient mais je n’ai jamais réellement eu l’occasion de la satisfaire, alors si tu as une suggestion, je suis tout ouïe. Je dirais même plus, tu as là la possibilité de te faire un client fidèle et régulier. Ça fait longtemps que je me dis qu’il faut que je me remette à la lecture mais il faut avouer qu’avec mes horaires de garde, je n’en ai pas vraiment eu le temps. Encore moins, depuis que je vis seul et donc par conséquent loin de la bibliothèque familiale.



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Une grande bibliothèque avec un gros chat
Une grande bibliothèque avec un gros chat

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Chevalisse
ϟ CELEBRITE : Max Irons

ϟ HIBOUX : 191
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 27/07/2012
ϟ GALLIONS : 176
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 26 ANS
ϟ PROFESSION : BIBLIOTHECAIRE

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Mer Fév 19 2014, 17:56 ϟ





"Kyles Rulin & Morgan Evans"




Ça signifie « créer des liens... »


Je le vois à son regard que j’ai tapé dans le mille. Je savais que cela lui ferait plaisir ce livre. Je sais qu’il en prendra soin. Je le sens.Je crois que ça aussi, c’est un don chez les vampires. Tous les jours, j’apprends quelque chose sur les vampires. Tous les jours. D’ailleurs, ce soir, je dois voir mon « mentor ». Je dirais plutôt mon bourreau mais ce n’est que mon point de vue. Lui, pense qu’il m’a sauvé de mon sort, moi je crois surtout qu’il m’a enfoncé dans ma vie pourrie mais ça encore ce n’est qu’une question de point de vue. Et le pire, c’est qu’en tant que mon créateur, je ne peux rien lui faire, juste lui obéir et protéger sa vie. Je hais les vampires, c’est un fait ! J’acquiesce à ses paroles. Cela me ferait plaisir qu’il repasse, je dois l’admettre. Je l’aime bien ce garçon. Il est simple et honnête, ce qui aujourd’hui, n’est pas donné à tout le monde.

Le tout premier livre que j’ai lu fut Boucle d’or. L’histoire d’une petite fille blonde qui se perd dans la forêt et qui entre dans la maison de la famille Ours. Parfois, je me surprends à m’imaginer être Boule d’Or, perdu au milieu d’un monde qui n’est pas le mien. Je suis sorcier et vampire mais je ne me reconnais ni en l’un, ni en l’autre. J’aurais tant aimé que tout redevienne comme avant. Avant qu’ils ne viennent. Avant qu’ils ne les tuent. Avant que l’on soit séparé. Avant sa mort. Le plus terrible dans tout ça, c’est la disparition de mon frère. Avec lui, j’avais moins peur. Sans lui, je me sens si seul. Et oui, parfois, j’ai peur. Je n’ai plus relu Boucle d’Or depuis des années mais je le connais par cœur, je pourrais réciter chaque mot sans me tromper. Je l’ai tellement lu, ce livre. Comme j’aimerais ne pas être sorcier. Si jamais, mon chemin croise la lampe magique d’Aladdin, je demanderais au Génie de me faire devenir un simple moldu. Juste pour avoir la paix et choisir enfin ce qui est bon pour moi. Le deuxième livre moldu que j’ai lu fut un livre anglais lors de ma sortie de prison. C’est ainsi que j’appelle la pseudo liberté que j’ai obtenu en devenant vampire. J’ai quitté ma prison pour entrer au bagne. Je ne sais pas ce qui est le mieux mais au moins au bagne, je peux lire ce dont j’ai envie. Le troisième jumeau de Ken Follet. C’est un livre de science-fiction. J’ai continué sur ce terrain avec Appocalypse sur demande, La nuit de tous les dangers, l’Homme de Saint-Pétersbourg… et puis j’ai enchainé avec du Stephen King. J’ai lu beaucoup de livre, même de la littérature classique comme Barjavel ou Camus, ce sont des œuvres françaises mais qui ont été traduites en anglais et heureusement car si j’ai appris l’anglais tout seul, le français je ne le maitrise pas, à part dire bonjour et au revoir, le reste ressemble plutôt à du yaourt qu’autre chose. Toujours est-il que je préfère la science-fiction au reste. « Un des meilleurs livres moldus que j’ai lu c’est Boucle d’Or… » J’ai éclaté de rire. Je ne le voyais pas du tout lire ce livre mais pourquoi pas. « Tu as le Petit Prince aussi, lui aussi est un magnifique livre… » Je l’ai lu une fois. Si lui essaie d’apprivoiser son renard, moi j’essaie d’apprivoiser ma vie… il faudrait que j’arrête de me comparer aux livres que je lis, ce n’est pas très bon pour mon moral. « Sinon, si tu aimes la Science-fiction, tu peux commencer avec Le troisième Jumeau de Ken Follet » Ce livre, je l’avais vraiment adoré. « Sinon, tu as du Stephen King mais là il faut vraiment aimer la science-fiction… »





Humain le jour, Vampire la nuit.
Le sang me fait vivre...
Je ne suis qu'un monstre sans vie
Un monstre qui ne devrait pas survivre...
Ma corvée, résister à l'appel
Ne plus jamais chuter
Pour qu'enfin, un jour je sois libéré


~ DOUBLE DE JAMES POTTER - MATTHEW SCOTT - ERWAN SANDERS ~
~ ZEPHYR CASAR - BELLATRIX LESTRANGE ~
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 93
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 100
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
ϟ Posté Lun Aoû 18 2014, 15:29 ϟ


Boucle d’Or ? Jamais entendu parler. Ça sonne un peu roman à l’eau de rose de ceux que Gwen adore bien qu’elle briserait sa baguette avant de l’admettre en public. Ce que je peux comprendre, avouer qu’on craque sur « Ensorcelée » et autres « Amour, charmes et potions », c’est le suicide social assuré, or s’il y a une chance que ma frangine considère essentiel à a survie c’est bien sa petite cour d’admirateurs. Parce que j’ai beau adorer ma cadette, même moi je suis obligé d’admettre qu’elle a moins des amis proches qu’une belle ribambelle de fans. C’est qu’elle a toujours eu ce petit côté princesse la miss et avoir des quasi serviteurs, ça lui va bien. En tout cas, ça lui allait bien à l’époque où on était à Poudlard ensemble mais je doute que les choses aient changé depuis. Enfin, le dicton dit bien qu’il ne faut pas juger un livre à sa couverture non ? Il suffit de changer couverture par titre et peut-être que je serais heureusement surpris par Boucle d’Or, quoique le rire qui suit la remarque de Morgan m’amène à en douter.

Il me parle ensuite d’un Petit Prince qui ne rappelle pas plus de choses que Boucle d’Or. Je note néanmoins sa suggestion dans un coin de ma tête pour un jour où je repasserai, parce que je crois que pour aujourd’hui, il y a de grandes chances que je me contente de repartir avec son cadeau En effet, depuis que j’ai posé les yeux sur le titre, la curiosité me titille et l’envie de me poser tranquillement dans mon canapé pour en commencer la lecture me dévore de l’intérieur. Il n’est cependant pas poli de s’éclipser sans écouter attentivement la réponse à une question qu’on a soi-même posée. J’offre donc mon attention complète à Morgan et me retient tant bien que mal de demander des précisions sur ce qu’est exactement que la « science-fiction ». Ce n’est pas que je n’ai pas la moindre idée sur la question, je m’étais relativement informé sur les différents genres quand je m’étais plongé pour la première fois dans le monde inconnu qu’est la littérature moldue, mais mes souvenirs commencent sérieusement à remonter. Enfin, de ce dont je me souviens je crois que c’est un genre dans lequel les moldus se permettent de créer des choses qui n’existent pas encore dans leur monde, en se basant sur des concepts scientifiques. Sauf que vu que je n’ai qu’une vague compréhension de ce que c’est cette fameuse science – c’est l’équivalent de leur magie si j’ai bien suivi, en gros ce qui leur permet d’évoluer et de faire toutes les tâches quotidiennes – vous comprendrez que mon idée de la science-fiction n’en est que plus chancelante.

Quoiqu’il en soit, l’idée de me dépayser totalement, voire même de me perdre un peu avec leurs concepts attire mon esprit de scientifique. Qui sait, peut-être découvrirai-je même dans ces livres des idées que je n’aurai jamais eu autrement ? Je finis donc par décider de prendre quand même deux bouquins avec moi en plus de son cadeau, à la vitesse à laquelle je lis de toute façon ils ne dureront pas bien longtemps. A condition que le boulot m’en laisse le temps bien entendu.


-Bah je veux bien un Stephen King et l’histoire du jumeau pour commencer. Et si ça me plaît je reviendrais en chercher plus ou bien tout simplement changer de genre. Bon sur ce, la journée a été longue mine de rien, et je suis de garde à sept heures demain matin donc je pense que je vais te laisser. Mais tu peux être sûr que tu me reverras bientôt. A plus.

Et sur ce, je sors en direction du Londres moldu, bien décidé à faire un petit détour avant de rentrer. Ça fait un bail que je ne me suis pas baladé dans le coin, alors c’est l’occasion ou jamais. Et il ne sera pas dit que je l’aurais laissée passer.



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





(#) ♣ Re: Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers
    par la plume de Contenu sponsorisé.
ϟ Posté Aujourd'hui à 13:09 ϟ


Revenir en haut Aller en bas
 

Au Ministère on trouve des aurors, des vampires et des... infirmiers

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Règlement de l'école :Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avada Kedavra :: 
♔ autres ♔
 :: 
¤ Londres ¤
 :: Londres Sorcier :: Ministère de la Magie
-