Partagez | 
 

 J'avais envie de te voir ... [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  
Ce que tu vois en moi n'est qu'une illusion
avatar
Ce que tu vois en moi n'est qu'une illusion

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : gommeamacher
ϟ CELEBRITE : Lauren Ambrose

ϟ Féminin
ϟ Vierge
ϟ Cheval
ϟ AGE : 27
ϟ HIBOUX : 221
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/06/2012
ϟ GALLIONS : 172
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 20 ans.
ϟ PROFESSION : Apprentie-Auror.

(#) ♣ J'avais envie de te voir ... [Terminée]
ϟ Posté Lun Juil 29 2013, 02:04 ϟ




Tu m'as manqué...  

♕ Kyles Rulin & Alix Potter ♕


Comment fragile et timide est un amour non-partager ? C’est comme être prisonnier d’un endroit dont vous ne pouvez pas sortir. Incapable de trouver une sortie. Un amour qui ne fleuris pas, comme une graine qui est oublié; c’est un amour non-partager. Les gens qui pensent qu’ils peuvent simplement saisir la main du bonheur quand il est offert à eux –combien doivent-ils être heureux ? Moi, je deviens nerveuse quand je suis trop heureuse. Pour moi, le bonheur est comme une bulle de savon. Le moment où je touche les bulles qui flottent sur mon chemin, portant la lumière de l’arc-en-ciel, elles éclatent. En face du bonheur, j’abandonne toujours avant que la main me soit offerte. Une cicatrice, pour moi, c’est comme entrée dans l’eau profonde. Les spectateurs qui regardent et ne connaissent pas la profondeur de l’eau ce demande pourquoi je ne remonte pas à la surface. Les gens passent leur temps à juger sans comprendre les cicatrices des autres. Sauf qu’aujourd’hui, celle qui est jugé sur ses blessures, c’est bel et bien moi. Pas parce que les gens autour de moi me connaisse, loin de là. Simplement parce que je suis à Saint-Mangouste avec une blessure visible et très compréhensible que cela s’était fait d’une manière stupide et maladroite. Je vous explique. J’ai encore eu une idée de dernière minute. Quand je me suis levée ce matin, j’avais une envie pressante de voir une personne. Comme cela. Sans vraiment de raison. Je me suis dis que passer par-dessus l’entraînement de Frank serait de commander le suicide. Alors, il me faudrait seulement attendre après. Sauf que mon envie de voir cette personne n’est agrandit, sachant que lorsqu’il aura finit son boulot, je serais encore en entraînement et je ne saurais pas ou le retrouver. Du coup... pendant que je m’échauffais en attendant l’arrivé de Frank –j’ai déguerpis en vitesse. Oui, je suis partie. Frank doit vouloir me tuer. Mon père aussi. Il risque rapidement d’être mis au courant. Mais ce n’était pas la raison de ma blessure. Celle-ci est causer par mon côté maladroit. Pendant que je courais en direction de Saint-Mangouste (oui, après une bonne demi-heure, mon cerveau m’a gentiment rappelé que je pouvais transplaner), mes pieds ont pris la décision de se rencontrer sans mon accord. Du coup, je suis tombé tête première sur le sol. Résultat ? J’ai mon front (vers le haut, au niveau sur sourcil droit) en sang, avec quelques morceaux de roche dedans. Ma joue était toute rouge et mon menton avait subi un gros choc, étant en sang également. Mes mains me chauffaient atrocement. J’étais vraiment idiote. Quand je suis entrée à Saint-Mangouste, pour ceux qui me connaissait, j’ignorais s’ils étaient inquiets ou essayaient simplement de ne pas éclater de rire. Pendant qu’on me désinfectait mes blessures, je demandais à un collègue d’aller chercher celui que j’espérais voir depuis ce matin. Je soupirai de joie, lorsqu’il entra dans la salle. Kyles Rulin. Bon dieu qu’il m’avait manqué. Sa présence. Sa silhouette. Sa façon de marcher. La forme de ses mains, on dirait qu’elles sont plus grandes, plus homme. Son sourire moqueur. Ses dents blanches. Son nez, même. Ses yeux. Sa voix. Tout, quoi. Je souris bêtement devant lui avant de le couper la parole;

ALIX-
« Avant que tu te moque, sache que je te tue si tu ris. Je sais que c’est bête, mais... je suis tombée. En plein sur ma tronche. Pas de panique. Pas de rire. Quoi que je préfère t’entendre rire que de me rouspéter. Tout cela est ta faute, je voulais te voir... alors... » Je souris. « Surprise ! Tu m’as manqué, Kyles Rulin »



© FICHE CRÉÉE PAR AMYLITH SUR LIBRE GRAPH




You think the world runs on logic ?

Come on ! Open your eyes !


Dernière édition par Alix Potter le Lun Aoû 18 2014, 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 94
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 102
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: J'avais envie de te voir ... [Terminée]
ϟ Posté Ven Aoû 02 2013, 18:52 ϟ


Treize heures déjà que je suis de garde. Alors que j’aurais dû commencer le boulot il y a tout juste une heure, une collègue m’a appelé en urgence cette nuit pour m’expliquer que son nouveau-né donnait tous les signes d’avoir attrapé la dragoncelle alors qu’il était vacciné et qu’elle ne pouvait par conséquent pas se rendre au travail. Je l’ai donc assurée que je la remplacerais sans problème, sans réaliser que cela signifiait rester de garde non pas douze mais vingt-quatre heures de suite. Ce qui, comme je peux le constater en ce moment-même est loin d’être minime.

En effet, j’en suis réduit à avaler café sur café dans la salle de repos alors qu’en temps normal je me tiens aussi éloigné que possible dudit breuvage car je n’ai jamais pu passer outre son amertume. Ainsi, en règle générale, je suis un fervent partisan du chocolat chaud à toute heure, y compris celui de la cafétéria de l’hôpital qui est pourtant des plus infects mais bon il faut bien faire avec ce qu’on a. Néanmoins, aux grands maux les grand remèdes, et si je ne voulais pas m’endormir au beau milieu d’une procédure aujourd’hui, je n’ai pas eu d’autre choix que de me gaver de l’infâme mixture caféinée, tout juste relevée d’un nuage de lait pour faire passer le côté trop amer.

Malgré tout, je me sens partir, installé confortablement dans un des sofas, la tête reposant sur l’accoudoir et le corps en travers. Je m’étais pourtant dit que je ne voulais pas faire de somme, de peur d’être moins efficace au réveil, mais il faut croire que la fatigue a été la plus forte car j’en suis déjà à la phase critique des yeux qui se ferment tous seuls, pour autant que l’on lutte pour les garder ouverts. Heureusement – ou malheureusement, tout dépend des points de vue – la porte qui s’ouvre dans un grand fracas et mon nom de famille prononcé à voix haute mettent fin à ma somnolence.

Je me relève tant bien que mal, essayant de comprendre quelle est désormais l’urgence pour qu’on ne me laisse même pas profiter de vingt petites minutes de repos. Je cligne donc une ou deux fois des yeux et finit par comprendre qu’une fille m’aurait demandé au service des blessures légères des urgences. Voilà qui est des plus étranges, sachant que je travaille au département des blessures par créatures magiques. Je suis néanmoins l’infirmier qu’on a envoyé me chercher, ne serait-ce que par curiosité. Et lorsque j’arrive à l’endroit indiqué, le choc est tel qu’il finit de me réveiller complètement.

Alix ! Pire encore, Alix blessée ! Ouvrant des yeux ronds comme des souaffles, je m’approche à grandes enjambées d’elle et l’écoute m’expliquer ses malheurs avec incrédulité. Je n’en comprends que la moitié, captant des bouts de phrase ici ou là – apparemment ce qui lui serait arrivé serait de ma faute, bien que je ne suive pas tout à fait le pourquoi du comment –, trop préoccupé par m’assurer de sa présence physique en face de moi pour faire réellement attention à ses explications. Puis, quand elle termine par me dire que je lui ai manqué, mon cerveau finit enfin par se mettre en branle et un sourire d’oreille à oreille se dessine sur mon visage. Alors, sans faire attention aux réprimandes de l’infirmière qui est en train de s’occuper de ses blessures, je la fais se mettre debout pour pouvoir la prendre dans mes bras comme il se doit, m’imprégnant complètement de sa présence. Je finis néanmoins par relâcher mon étreinte plus ou moins à contrecœur et l’observe de plus près. Je déclare alors avec un ton amusé.


-Tu m’as énormément manquée aussi, mais je n’aurais jamais cru que tu irais jusqu’à te blesser pour me voir. Parce que je t’assure que si tu m’avais envoyé un hibou, je serais venu à n’importe quel rendez-vous.

Surtout depuis le temps que je rêve de la revoir. En effet, j’ai bien compris que lui demander de sortir avec moi avait été une erreur fatale puisqu’elle ne m’a plus adressé la parole depuis. Enfin presque. Je ne tomberais donc pas deux fois dans le même piège. Elle est ici et c’est tout ce qui compte. Pour le moment, je vais me contenter de de profiter d’être à ses côtés, le reste viendra plus tard.

-Alors, raconte-moi tout, quoi de beau depuis notre dernière rencontre ?
, demandais-je donc, en faisant signe à l’autre infirmière de me laisser finir de désinfecter ses plaies.

Après tout, je n’allais tout de même pas laisser passer une pareille occasion de toucher son visage sans la mettre mal à l’aise.



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ce que tu vois en moi n'est qu'une illusion
avatar
Ce que tu vois en moi n'est qu'une illusion

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : gommeamacher
ϟ CELEBRITE : Lauren Ambrose

ϟ Féminin
ϟ Vierge
ϟ Cheval
ϟ AGE : 27
ϟ HIBOUX : 221
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/06/2012
ϟ GALLIONS : 172
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 20 ans.
ϟ PROFESSION : Apprentie-Auror.

(#) ♣ Re: J'avais envie de te voir ... [Terminée]
ϟ Posté Sam Jan 04 2014, 22:22 ϟ




Tu es en danger.

♕ Kyles Rulin & Alix Potter ♕



Toute cette mascarade sonnait comme une excuse pour le voir. Je voulais le voir, certes, mais la douleur n’était pas vraiment prévu au programme. Je n’avais pas demandé à planter comme la pire Moldue maladroite du monde. Mais bon, cela faisait plus urgent, non ? Le principal était de le voir. Enfin, presque faire une attaque... c’est mieux que de le voir tout souriant alors que ma gueule en avait prit tout un coup. Je suis sûre, même, qu’il hésitait entre éclaté de rire ou déclarer l’état d’urgence et m’emmener. Avec son ton amusé, j’ai su qu’il avait opté par en rigoler. « Tu m’as énormément manquée aussi, mais je n’aurais jamais cru que tu irais jusqu’à te blesser pour me voir. Parce que je t’assure que si tu m’avais envoyé un hibou, je serais venu à n’importe quel rendez-vous.» Je souris doucement. Sa manière m’avait manqué. Je vivais avec des gens qui s’alarmait au premier quart de tour pour pas grand-chose. Comme si j’étais une petite fille fragile. Kyles me voyait comme une femme forte. Cela me fit un bien de fou. Durant toutes mes aventures, pas très commodes, c’était un point que j’avais de besoin. « Alors, raconte-moi tout, quoi de beau depuis notre dernière rencontre ? » Il fit signe à l’infirmière de lui laissé prendre sa place afin de soigner mes blessures. Je le regardais un peu avant de grimacer sous les picotements que tout cela me faisait. Notre dernière rencontre montait tellement à loin que cela me mit un peu mal à l’aise. Bien parce qu’il m’avait demandé de sortir avec lui et que, malheureusement, je n’avais pas de réponse à lui donner. Serait-il en colère ? Je n’avais pas besoin de sa colère en ce moment. J’avais eu mon lot de haine. Moi-même également. Je soupirais. Quoi dire. Je ne voulais pas lui parler de ma mère. C’était une querelle qui ne lui appartenait pas. Je tournais un peu les yeux vers lui. Je ne voulais pas être sérieuse. Je voulais rigoler avec lui. C’était la raison de ma visite. J’avais besoin de lui.

ALIX- « Désolée de passer à l’improviste... rassure-toi, la blessure n’était pas au programme. J’ai juste eu un coup de tête et... je suis venue te voir... Et le hibou aurait été trop long. Puisque tu ne peux pas sortir. Tu n’as pas encore terminé, non ? C’est quand la fin de ton chiffre ? »

Avoir été égoïste, je lui aurais demandé de chercher un moyen de le finir maintenant. Je ne pouvais, cependant, pas faire une telle chose. Autant profiter de mes blessures pour l’avoir un peu à moi. Non ? Je replaçais maladroitement une mèche de mes cheveux derrière l’oreille.

ALIX- « En réalité ... j’ai fais une grosse erreur. » Je le regardais dans les yeux aussi sérieusement que possible. Sans lui laisser le temps de prendre la parole, je continuais « Tu es en danger de mort... » Je clignais un peu des yeux en m’approchant de lui. « J’ai dis à mon père qu’un garçon m’avait fait des avances ... »

Plusieurs minutes s’écoulèrent puis, enfin, j’éclatais de rire. Qui faisait le plus peur dans la vie ? Le terrible mage noir ? Ma mère en furie ? Non ! Un James Potter furieux de perdre sa fille ! Je crois que n’importe qui dans leur cas aurait déjà prit la fuite. Je lui accordais donc une médaille de courage. Bien que, peut-être je n’aurais pas dû dire cela.



[ps Désolée, c’est nulle... ]




© FICHE CRÉÉE PAR AMYLITH SUR LIBRE GRAPH




You think the world runs on logic ?

Come on ! Open your eyes !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 94
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 102
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: J'avais envie de te voir ... [Terminée]
ϟ Posté Lun Jan 06 2014, 18:30 ϟ


La fin de mon chiffre ? Aheum, ça ne va pas être tout de suite pour le coup. Si on ne prend pas compte du tour de remplacement que je viens de finir, j’entame tout juste mon tour. Et, pour autant que j’apprécierais d’accompagner Alix où qu’elle veuille, je doute que mon patron accepte de me voir quitter mon poste maintenant. Je dirais même plus, si je tiens à mon job – ce qui est le cas, autant le préciser – je ferais mieux de faire une croix sur toute velléité de départ avancé. Pourtant qu’est-ce que je ne donnerais pas pour un bon chocolat chaud en compagnie d’Alix ! Enfin, autant oublier ce rêve éveillé et profiter de l’instant présent. Je ne voudrais surtout pas gâcher ce moment à me lamenter sur le futur. Car ce n’est pas tous les jours qu’Alix m’honore de sa présence. Pour être plus précis même, cela fait un peu plus d’un an qu’elle ne m’en a pas honoré. Je m’apprête donc à m’excuser de mon incapacité à rester avec elle aussi longtemps que je le voudrais lorsqu’elle me coupe l’herbe sous le pied et prend la parole.

Ses premiers mots me mettent immédiatement sur le qui-vive. En danger de mort ? Moi ? Et ce serait de sa faute ? J’ai du mal à suivre la logique. S’est-elle mis des gens du Ministère à dos ? Sauf que, même si c’était le cas, je ne vois pas en quoi ça me concernerait. Surtout que son père étant qui il est, malgré sa perte récente d’influence, on ne s’en prend pas à une Potter comme si de rien n’était. Or, mis à part le Ministère, je ne vois pas qui pourrait lui en vouloir au point de considérer la situation comme une question de vie ou de mort. Et, une fois de plus, je vois encore moins comment je serais lié à toute cette histoire. Je lui fais donc presque inconsciemment un signe de la tête pour qu’elle poursuive ses explications, le tout sans arrêter pour autant de m’occuper de ses blessures. Ce sont de simples égratignures, rien de bien méchant – ça ne laissera même pas de cicatrices – mais je préfère prévenir toute possible infection en nettoyant le tout comme il se doit. J’attire donc vers moi la table de soins la plus proche d’un Accio pour m’emparer d’une gaze à apposer sur la griffure la plus profonde de manière à éviter que la moindre poussière ne vienne s’y infiltrer lorsqu’elle prononce la sentence qui éclaire soudain d’une nouvelle mais ô combien terrifiante lumière toutes ses préoccupations précédentes.

Sans m’en rendre compte, je lâche tout. Gaze, baguette, sparadrap : tout vient s’écraser sur le carrelage dans un fracas qui me laisse froid. Je suis trop occupé à essayer de réaliser les conséquences des dernières paroles d’Alix. Le côté rationnel de mon esprit s’acharne à me dire que je ne suis pas le seul à lui « avoir fait des avances », mais le côté paniqué lui répond qu’entre Erwan et moi, le choix du patriarche Potter sera vite fait. Je suis après tout, le seul à être « sorti » avec sa fille. Sans compter qu’Erwan a supplanté Potter au poste de prof de Métamorphose, ils ont donc forcément déjà un lien de plus qu’avec moi. De nouveau mon côté rationnel essaye alors de faire une intervention en précisant qu’utiliser l’expression « faire des avances » est un peu exagérée pour décrire ma demande à Alix mais, une fois de plus, mon côté paniqué s’en mêle pour préciser – avec justesse à mon grand désespoir – que je doute que Mr Potter soit en disposition d’écouter ce qui sonnera forcément comme des excuses à ses oreilles lorsqu’il viendra me confronter. Oh putain, je suis vraiment foutu !

Mon esprit fonctionne à deux mille à l’heure, essayant de trouver une échappatoire à ma fin prochaine – j’ai encore des souvenirs des disputes glaciales entre le professeur Potter et certains de ses collègues quand on était étudiants et, honnêtement je n’ai aucune envie d’être du côté de ses ennemis – lorsque le rire cristallin d’Alix se fait entendre. Peu à peu, je réalise ce que cela signifie. Elle s’est moquée de moi. Ni plus ni moins. Un sourire mi-soulagé, mi-amusé se dessine alors sur mes lèvres. Quelqu’un d’autre se serait peut-être énervé de ce genre d’humour quelque peu limite, mais je trouve ça amusant. C’est tout à fait le type de farces qu’on faisait à Poudlard et, à vrai dire, ça m’avait manqué. C’est d’ailleurs à cause de mon manque total de pratique que je me suis fait avoir comme un bleu. Il est donc l’heure de prendre ma revanche.

Je ramasse donc les instruments tombés à terre, lance un sort de stérilisation sur le tout, puis reprend où je m’étais arrêté sans dire un mot. Par contre, lorsque je suis en train d’apposer la gaze sur sa joue, je m’approche subrepticement comme pour vérifier le résultat de mon travail et mes lèvres s’approchent de son oreille où je murmure, taquin :


-Tu sais, si tu les acceptais lesdites avances, je ne dirais pas non à vivre avec les conséquences.



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ce que tu vois en moi n'est qu'une illusion
avatar
Ce que tu vois en moi n'est qu'une illusion

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : gommeamacher
ϟ CELEBRITE : Lauren Ambrose

ϟ Féminin
ϟ Vierge
ϟ Cheval
ϟ AGE : 27
ϟ HIBOUX : 221
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/06/2012
ϟ GALLIONS : 172
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 20 ans.
ϟ PROFESSION : Apprentie-Auror.

(#) ♣ Re: J'avais envie de te voir ... [Terminée]
ϟ Posté Lun Jan 27 2014, 00:31 ϟ




Profitez de toi ... une dernière fois ...

♕ Kyles Rulin & Alix Potter ♕



Cela me faisait du bien de rire. Parce que je n’en avais pas eu l’occasion depuis un moment. Pas après l’épisode d’Erwan qui m’avait complètement brisée. J’ai du mal à fermer la porte pour ses deux hommes. Pourtant, si j’inverserais les rôles, c’était sûrement bien plus facile à eux de me fermer la porte. Je devrais peut-être m’arranger pour que Kyles me ferme la porte, tout comme Erwan l’avait fait pour moi. Après tout, choisir Kyles simplement parce qu’Erwan m’avait fait du mal –c’était vraiment horrible. Sans le voir, une larme vint me chauffer l’œil gauche. J’essuyais bien vite cette intruse. Il était temps d’être plus forte et d’accepter que le choix était bien évident –je n’avais pas à choisir. Je ne méritais pas de choisir entre ses deux là. Je méritais d’être seule. De souffrir. De mourir. Il me fallait que je cesse de courir vers eux quand bon me semble. Je voulais simplement profiter de la présence de ce jeune garçon. Une dernière fois. Sûrement quelque chose de mal de ma part. Mais, de toute manière, je n’étais pas à ma première bêtise près. En parlant de bêtise, ma farce eu effet désiré –Kyles avait lâché toute ses instruments. Cela me fallut toute la retenue du monde pour m’empêcher de rire immédiatement. Le pauvre. Il devait s’imaginer de quelle manière atroce mon père allait le tuer. Peut-être plonger dans de l’acide ? Mordu par un loup-garou ? Non, James Potter est bien plus cruel encore. Un sourire mi-amusé, mi-soulagé apparu sur ses lèvres lorsque j’éclatais de rire. Il était bien le seul à réagir de la sorte. Devant d’autre gens, je serais déjà entrain d’être suspendu dans les airs en me réclamant des excuses. Ce que je fis pour Kyles en tirant la langue telle une gamine. Je profitais. Du dernier instant. Mon cœur se serrait –il savait qu’il allait encore souffrir. Il se préparait. Du mieux qu’il pouvait. Nos farces allaient me manqués. Son sourire allait me manquer. Mais, s’était mieux pour lui. Il pourrait tourner la page et trouver quelqu’un d’autre. Une plus belle femme. Ou peut-être même un homme –qui sait. N’importe qui serait mieux que moi. Erwan avait déjà prit de l’avance. C’était à son tour de tourner la page sur moi. Kyles reprit son activité en me soignant la joue. Sans bouger, il s’approcha de mon visage. Sa voix au creux de mon oreille me donna un petit frisson dans mon cou. « Tu sais, si tu les acceptais lesdites avances, je ne dirais pas non à vivre avec les conséquences » Mon cœur se serra encore plus. Si j’avais eu un moment d’égarement, j’aurais probablement déjà pleuré. C’était dur de dire adieu. Mais ce n’était pas possible. Je devais tenir. Pour ne rien gâcher de cet instant. Même si j’aurais souhaité qu’il soit plus long. Je n’aurais pas cette chance. Je jouais avec mes doigts.

ALIX- « Te dire oui ... simplement parce que tu n’as plus de concurrence serait vraiment lâche de ma part, tu ne trouve pas ? »

Je ne le regardais pas. Je gardais un petit sourire, mais il était sûrement triste. Je ne voulais pas le dire ainsi. Par contre, il serait sûrement assez intelligent pour comprendre –qu’il n’aurait jamais de réponse de ma part. Il ferait probablement comme Erwan. Me jeter. Je comprendrais. J’accepterais. J’étais prête à souffrir. Après tout cela... vivre n’aurait pas vraiment d’importance. Bien qu’il y aurait ma famille. Il n’y aurait pas plus d’importance. Je deviendrais Auror ...et je mourrai en tant qu’Auror. Le plus gros de mes soucis... c’est de mourir en ignorant si les deux hommes que j’aime seront heureux. Sans savoir la suite de leur vie. J’espère qu’ils le sauront...

ALIX- « Tu peux me jeter aussi ... »




© FICHE CRÉÉE PAR AMYLITH SUR LIBRE GRAPH




You think the world runs on logic ?

Come on ! Open your eyes !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 94
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 102
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: J'avais envie de te voir ... [Terminée]
ϟ Posté Jeu Jan 30 2014, 20:18 ϟ


Ma provocation facile attendait une bonne dizaine de réactions, du rire gêné à la tape agacée en passant par le regard sérieux ou le rouge aux joues, voire dans le pire des cas les larmes aux yeux. Je n’avais néanmoins pas envisagé du tout les paroles qui y répondent. J’ai dû louper un épisode, voire toute une ribambelle d’épisodes je dirais même. Ce qui n’a, en soi, rien d’étonnant vu le temps qui s’est écoulé depuis notre dernière rencontre. Cependant, la surprise n’en est pas moindre à l’écoute de la déclaration d’Alix. Comment ça je n’ai plus de concurrence ? Depuis quand Erwan a lâché l’affaire ? J’ai du mal à imaginer la situation qui l’aurait amené à abandonner maintenant. Je veux dire il l’a demandée en mariage tout de même ! Moi je m’étais contenté de lui demander de sortir avec moi officiellement, mais Monsieur le Professeur, lui, était passé directement à l’échelon supérieur. Dans le fond ça ne m’étonne même pas vraiment de lui. Je crois même que ce qui m’a étonné à l’époque c’est qu’Alix ne lui ait pas dit oui. Elle a pourtant toujours été très impulsive et puis, Erwan était son premier amour. Mais peut-être que la finalité du mot mariage l’a fait douter. Quoiqu’il en soit, apparemment l’attente ne s’est pas aussi bien déroulée pour Erwan que pour moi. Ce qu’honnêtement je peux comprendre. J’ai beau ne pas le porter dans mon cœur pour le moment, il fut néanmoins un temps où nous étions meilleurs amis que vous le croyiez ou non et si la fille que j’avais demandé en mariage ne m’avait pas recontacté depuis, je ne suis pas certain que je serais aussi serein que je le suis aujourd’hui. Après tout, ma proposition était nettement plus informelle que celle d’Erwan et la possibilité de se faire refuser existe toujours quand on invite une fille à sortir. Alors que, quand on lui demande sa main, normalement, on est un peu plus sûr de soi.

Malheureusement, toutes ces raisons des plus valables à la colère d’Erwan ne limitent pas pour autant la peine que j’entends dans la voix d’Alix lorsqu’elle m’annonce les faits et je dois retenir l’envie de la prendre dans mes bras pour la décharger de tous ses soucis. Parce que nous ne sommes plus à Poudlard et qu’il ne suffit plus de rire un bon coup pour oublier ses problèmes. Et que, si je suis en compétition avec Erwan pour le cœur d’Alix – enfin plus maintenant apparemment – je n’en considère pas moins qu’il serait des plus irrespectueux de sa part de l’oublier du jour au lendemain. Si les choses se sont mal passées entre eux, je considère qu’elle doit l’accepter. Elle lui doit au moins ça. A lui mais également à elle-même. Nous ne sommes plus des adolescents. Nos actes ont des conséquences et il est temps de le réaliser pleinement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle je me recule lorsqu’elle me propose de la jeter pour poser mes mains sur ses épaules et l’obliger à me regarder dans les yeux. Ce que j’ai à lui dire est important et je refuse qu’elle s’échappe cette fois-ci.


-Ne te moque pas de moi.

Mon ton est sec et mon regard dur. Je m’énerve peut-être rarement mais je n’aime pas qu’on en profite pour autant. Or, je crois bien que cette fois-ci Alix ne se rend pas pleinement compte de ce qu’elle est en train de faire. Je vais donc lui remettre les pendules à l’heure.

-Si me choisir par défaut parce qu’il s’est passé quelque chose avec Erwan est irrespectueux, me forcer à décider pour toi l’est tout autant. Si tu veux que je te laisse tranquille, très bien, fais-le-moi savoir, j’arrêterais d’attendre et je tenterais de passer à autre chose. Mais ne prétends pas savoir ce qui est mieux pour moi. Je suis capable de prendre mes propres décisions. Si j’avais voulu aller voir ailleurs, tu ne crois pas que je l’aurais fait en un an ? Alors, tout comme je ne peux pas te promettre de t’attendre indéfiniment, si quelqu’un d’autre venait à attirer mon attention demain ou dans deux ans, je tenterais ma chance, je ne peux pas pour autant oublier les sentiments que j’ai pour toi. Parce que, parfois, j’ai l’impression que tu ne réalises pas que ma proposition n’était pas une blague de plus. Alors bien sûr, je sais parfaitement qu’entre Erwan et moi, il est plus facile de le prendre en sérieux mais je t’assure que mes sentiments sont aussi véritables que les siens. Par conséquent, je ne te demande qu’une seule chose, respecte-les. Si tu n’es pas capable de prendre une décision, je comprends. Mais ne m’oblige pas à faire ce que tu n’es pas capable de faire. Je ne choisirais pas pour toi. C’est la seule chose que je refuse de faire.otter

Je relâche mon emprise sur ses épaules, sentant la tension qui s’était accumulé en moi me quitter puis, reprenant une voix plus posée, déclare :

-Maintenant si tu veux discuter de ce qu’il s’est passé avec Erwan ou de tout autre chose, je suis tout ouïe. Et, si tu préfères partir, même chose, je ne te retiendrais pas non plus.


Alors pour une fois, décide, me retiens-je de dire. Ce serait franchement déplacé pour aussi vrai que ce soit.



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ce que tu vois en moi n'est qu'une illusion
avatar
Ce que tu vois en moi n'est qu'une illusion

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : gommeamacher
ϟ CELEBRITE : Lauren Ambrose

ϟ Féminin
ϟ Vierge
ϟ Cheval
ϟ AGE : 27
ϟ HIBOUX : 221
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/06/2012
ϟ GALLIONS : 172
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 20 ans.
ϟ PROFESSION : Apprentie-Auror.

(#) ♣ Re: J'avais envie de te voir ... [Terminée]
ϟ Posté Mer Mai 14 2014, 23:55 ϟ




Aurevoir. Adieu.

♕ Kyles Rulin & Alix Potter ♕



Il y a des choses qu’on comprend lorsque le cœur est en peine. C’est douloureux et vive, mais la réalité est plus claire que jamais. J’avais été sotte de croire le contraire. Malheureusement, pour le moment, mon esprit était brouillé par un immense brouillard très épais. Mon cœur et ma conscience ne s’envoyait pas les bons échanges d’information. C’était pour cette raison que mes agissements étaient encore bien plus égoïstes maintenant et que j’espérais quelque chose d’autre encore de l’homme qui me soignait de ma bêtise. Il devait sûrement penser que je ne comprenais pas la situation. Contrairement à l’époque de Poudlard, il ne suffit plus d’un rire pour effacer le passé. Ni d’une farce pour se réconcilier. Je comprends tout à fait. Nous sommes adultes maintenant. Le monde à changer. Le monde autour de moi à changer. J’ai changée. « Ne te moque pas de moi. » Le ton sec employé m’a fait sursauter. L’habitude de voir un Kyles souriant est restée graver en moi. Alors de voir ce Kyles maintenant m’était totalement inconnu. J’ignorais s’il fallait en rire ou bien me cacher dans le fond d’un trou. La deuxième option m’intéressa fortement. Puis, je me suis surprise à pensée que j’étais la fille digne d’un Maraudeur. Sans le vouloir, un coin d’un sourire se dessina sur mes lèvres fines. Kyles ne vit sûrement pas cela ou bien c’est ce qui le poussa à continuer sa morale sur moi. Personnellement, ces paroles me laissèrent d’une indifférence totale. Je suis méchante ? Non, parce qu’il avait totalement raison. « Si me choisir par défaut parce qu’il s’est passé quelque chose avec Erwan est irrespectueux, me forcer à décider pour toi l’est tout autant. Si tu veux que je te laisse tranquille, très bien, fais-le-moi savoir, j’arrêterais d’attendre et je tenterais de passer à autre chose. Mais ne prétends pas savoir ce qui est mieux pour moi. Je suis capable de prendre mes propres décisions. Si j’avais voulu aller voir ailleurs, tu ne crois pas que je l’aurais fait en un an ? Alors, tout comme je ne peux pas te promettre de t’attendre indéfiniment, si quelqu’un d’autre venait à attirer mon attention demain ou dans deux ans, je tenterais ma chance, je ne peux pas pour autant oublier les sentiments que j’ai pour toi. Parce que, parfois, j’ai l’impression que tu ne réalises pas que ma proposition n’était pas une blague de plus. Alors bien sûr, je sais parfaitement qu’entre Erwan et moi, il est plus facile de le prendre en sérieux mais je t’assure que mes sentiments sont aussi véritables que les siens. Par conséquent, je ne te demande qu’une seule chose, respecte-les. Si tu n’es pas capable de prendre une décision, je comprends. Mais ne m’oblige pas à faire ce que tu n’es pas capable de faire. Je ne choisirais pas pour toi. C’est la seule chose que je refuse de faire. » C’était des choses que je savais déjà, mais que je m’étais obligée d’oubliée. Simplement parce que la réalité est trop cruelle. Je savais très bien que je pouvais les perdre à tout moment. La facilité dont Erwan s’est procurer pour embrasser une totale inconnue en était la preuve. Ces deux hommes ne m’appartenaient pas bien que je le désirais au fond de moi. Et s’était horrible de ma part. Inhumainement horrible. Je me comportais comme la sœur Moldue de ma mère –voir peut-être même pire. Je voulais contrôler tout parce que je n’ai jamais eu la chance d’avoir quelque chose dans ma vie qui ne soit rien qu’à moi. De toute ma vie, c’est ma mère qui m’a imposé ses choix. Ses mensonges. Ses amours. Sa famille. Tout. Mon père m’imposait son mode de vie. Au début alcoolique. Ensuite les hauts et les bas de sa relation avec Lily. Des frères. La vie continuait et j’avais l’impression que seul moi manquais à l’appel. Peut-être est-ce égoïste de ma part, me diriez-vous, mais l’amour m’a fait senti en vie. Puis, Erwan ne répondait pas à mes appels. J’ai dû tenter une tactique. Puis... Kyles... Kyles me lançait des signaux qui m’attiraient beaucoup. Je me suis prise au piège de ce qui devait me sentir vivante. Au final, j’ai finis par y laisser la peau. Kyles relâcha son emprise sur mes épaules, réalisant qu’il les tenait depuis un moment. Mon esprit s’aventurait ailleurs et je me sentais partir dans des conclusions terrorisantes pour moi et pour ma sécurité. Les options disparaissaient dans mon esprit. Je ne voyais que des solutions faciles. Trop facile. Sa voix posée et calme m’arracha une larme. Je le savais déjà. Il était trop tard. J’avais compris. Pourquoi je devais grandir ? J’aurais aimé reculer en arrière. Retourner dans ce monde que je croyais juste et beau. Mais ... le rêve de mon enfance, que je faisais souvent, était entrain d’arriver. Un rêve ... qui devient trop réelle. J’avais peur. Ce n’était pas ma première fois. « Maintenant si tu veux discuter de ce qu’il s’est passé avec Erwan ou de tout autre chose, je suis tout ouïe. Et, si tu préfères partir, même chose, je ne te retiendrais pas non plus. » La gentillesse de cet homme allait me faire pleurer. Mais il ne devait pas voir cette faiblesse de ma part. Pas pour la dernière fois. Je lui souris, bien qu’il fût étrangement pas ressemblant à ce que je suis.

ALIX- « Tu as raison. Ce n’était pas respectueux de ma part. Je tâcherais de me comporter mieux à l’avenir » Si j’en avais un. « Pardonne-moi. J’agis comme si j’avais des dons de vélanes et que je pouvais séduire tout les hommes ! Ah ah ah. Je suis trop bête. Bien sûr que tu peux aller voir ailleurs. Et Erwan à la liberté d’embrasser les filles qu’il veut –voir même coucher avec elles. Ce n’est pas moi ça. Être possessive. Je suis désolée. »

Je me dirigeais un peu plus loin, préférant m’éloigner de lui.

ALIX- « Je sais que j’abuse, mais j’aimerais que tu me rendes un service. Un tout petit. C’est la dernière chose que je veux... Libère-moi de ça. Kyles, redeviens ami avec Erwan » Je le regardais, très sérieuse. « Je veux juste que vous redeveniez amis. Faut pas briser une belle amitié pour une stupidité comme moi » Un dernier souhait. « Tu es occupé et je vais bien. Je peux soigner le rester facilement chez moi. Puis, Franck va m’attendre. Je ne devrais pas tarder. Ne t’en fais pas. Tout ira pour moi. »

Sans attendre un mot, j’allais vers la sortie. Je m’arrêtais une seconde en murmurant « Merci de m’avoir aimé et... je suis désolée» avant de sortir sans entendre un mot de sa part. Je n’aurais pas pu l’entendre, mon esprit s’était engouffrer dans le brouillard.





© FICHE CRÉÉE PAR AMYLITH SUR LIBRE GRAPH




You think the world runs on logic ?

Come on ! Open your eyes !
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Yumita
ϟ CELEBRITE : Bradley James

ϟ HIBOUX : 94
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 24/09/2012
ϟ GALLIONS : 102
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 22 ans
ϟ PROFESSION : Infirmier à Sainte Mangouste

(#) ♣ Re: J'avais envie de te voir ... [Terminée]
ϟ Posté Lun Mai 19 2014, 22:47 ϟ


C’est dur. Vraiment dur. La voir souffrir si clairement me brise le cœur. J’ai horreur de l’entendre se dégrader avec tant de facilité. Car elle le pense pleinement, il ne s’agit nullement d’une ruse pour que je la console. Son regard est trop lointain - comme si elle était déjà partie si loin que je ne peux désormais plus la rejoindre - pour être en train de jouer la comédie. Elle est ici sans vraiment y être. En d’autres termes, je voulais qu’elle prenne une décision et, paradoxalement, alors qu’elle vient de le faire, j’en suis dégoûté. Elle s’en va et va encore me laisser avec plus de questions que de réponses.

Je l’entends me parler d’Erwan mais je m’en fiche. S’il est suffisamment con pour aller embrasser d’autres filles et perdre sa chance, c’est son problème. Dans le fond, c’est presque tant mieux pour moi. Sauf que ça ne l’est pas vraiment. A cause de lui, maintenant Alix va mal et il n’est pas le seul qui va en souffrir. Parce qu’elle s’en va et, une fois de plus, je suis celui qui doit supporter les conséquences de leurs histoires. Un instant, je sens la fatigue s’emparer de moi.

Si je me laissais aller, je réagirai probablement mal. Je ne sais pas vraiment si j’ai envie de hurler, de la secouer, d’exiger des réponses ou simplement de partir en la plantant là, elle et ses incessantes remarques sur lui. Elle ne comprend pas que je ne veux pas entendre son nom. C’est son aveuglement et sa stupidité qui nous ont amené où on est aujourd’hui après tout. Ou pas, allez savoir. Je ne connais pas sa version à lui, juste celle d’Alix. Sans compter que je suis loin d’être un juge impartial dans cette affaire. Tout ce que je sais c’est que j’en ai marre. Parce que tant qu’on ne se croisait pas, je pouvais oublier et faire semblant que tout allait bien mais il est clair que ce n’est pas le cas. Je pensais pouvoir continuer à agir comme toujours en sa présence, la preuve quand je suis arrivé je n’ai eu aucun mal mais, depuis mon discours de tantôt, quelque chose s’est brisé. Elle s’en va à nouveau et je ne suis pas sûr que je puisse le lui pardonner cette fois-ci.

Je n’ai cependant pas le temps de m’appesantir sur la question car elle me lâche soudain une telle énormité que c’est le pur choc qui m’empêche de réagir. Redevenir ami avec Erwan ? Et puis quoi encore ! C’est simple, je ne veux plus le revoir. Il a réagi comme un putain de gamin pour tout professeur qu’il soit. Un foutu gamin à qui on a enlevé son jouet préféré et qui au lieu de se battre pour le récupérer décide unilatéralement que c’est de la faute de l’autre enfant à qui on l’a donné. Il a décidé de faire de moi le méchant dans cette histoire ? Très bien ! Mais qu’on n’exige alors pas de moi que je sois cordial en sa présence. Je suis censé être un connard non ? Ça tombe très bien, je sais parfaitement faire. Redevenir amis ? Laissez-moi rire. Plutôt crever !

Je m’apprête d’ailleurs à le faire remarquer à Alix en des termes plutôt crus lorsque je remarque que pendant mon énervement intérieur, elle s’est déjà dirigée vers la sortie. Une part de moi veut lui courir après pour la rattraper mais l’autre, celle qui se nourrit de peine et de haine, celle qui est habituellement quasi inexistante mais que l’évocation d’Erwan a ravivé me l’interdit. Je reste donc planté sur place, comme un idiot, jusqu’à ce toute la frustration accumulée m’échappe dans un juron bien senti qui fait se retourner la moitié de la salle. Mais je n’en ai rien à faire. Je leur jette un regard noir qui en surprend plus d’un – ce n’est pas mon genre, loin de là – et me dirige vers la cafétéria. J’ai besoin d’une pause. D’une pause et d’un bon verre de Whisky Pur Feu mais je crains que le deuxième ne doive attendre la fin de mon service. Putain de service !



Al... qui ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

J'avais envie de te voir ... [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Règlement de l'école :Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avada Kedavra :: 
♔ autres ♔
 :: 
¤ Londres ¤
 :: Londres Sorcier :: Sainte-Mangouste
-