AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Partagez | 
 

 La tireuse et l'inventeur perdu [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Tatsuki
ϟ CELEBRITE : Robbie Amell

ϟ HIBOUX : 23
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 28/09/2014
ϟ GALLIONS : 19
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 25 ans

(#) ♣ La tireuse et l'inventeur perdu [en cours]
ϟ Posté Jeu Oct 09 2014, 10:46 ϟ


Par le caleçon de Merlin, où suis-je encore ? Bon sang, j'entends déjà mes collègues se moquer de moi lorsque j'arriverai enfin à retrouver le chemin du bureau. C'est dérangeant de n'avoir aucun sens de l'orientation. Dire que je me vantais de pouvoir toujours retrouver mon chemin, c'est un sacré coup. Un soupir s'échappe d'entre mes lèvres tandis que je cesse de marcher. Il faut absolument que je me repère. Alors. Je ne vois rien qui pourrait m'aider sur les murs, alors je reprends mon chemin, jusqu'à m'arrêter devant un panneau. D'accord, alors je suis au deuxième étage. Je suis loin du septième étage, où j'ai mon bureau. C'est vraiment... Je jette un coup d’œil à la boussole qui n'a pas quitté ma main depuis que je suis sorti de mon bureau. Décidément, je suis assez impressionné par le sortilège qui y a été lancé. Non seulement la boussole n'indique pas le nord mais en plus le sortilège visant à faire perdre tout sens de l'orientation est magnifiquement efficace. C'est purement génial ! Bon, un peu inutile sauf pour faire certaines farces mais moi, j'adore. Il faudra que je la fasse tester par les autres. En tout cas, cet objet a mon aval.

Bien, ce n'est pas tout mais il faudrait que je réussisse à regagner mon bureau. Ce n'est pas que je n'aime pas me balader mais tant que j'aurai cet objet entre les mains, je serai incapable de retrouver mon chemin. Le sortilège est puissant et c'est là le seul point négatif à mes yeux. Il lui faudrait une boîte de rangement spéciale pour ne pas se faire constamment influencer. Je secoue une nouvelle fois la tête et choisis plutôt de continuer mon chemin. Je finirai bien par regagner un ascenseur pour monter jusqu'à mon étage. Et puis, je n'ai jamais vraiment l'occasion de visiter ces couloirs. Tant que je ne m'attire pas d'ennuis – ce qui ne durera pas très longtemps – je ne demande rien de plus. De temps en temps je croise quelqu'un, trop pressé pour m'accorder plus qu'un regard suspicieux. Hum... J'ai comme le sentiment que je ne vais pas longtemps être le bienvenu ici. Il faudrait que je me dépêche un peu de trouver la sortie. Je me suis déjà fait remonter les bretelles ce matin, je n'ai pas spécialement envie que cela recommence.

Oui oui, je me suis encore fait remonter les bretelles. Je n'y étais pour rien en plus, cette fois. J'étais allé vérifier un truc dans mon bureau quand la bombe de morve de troll a éclatée. Dans le bureau du directeur. Pff. Non, ce n'est pas moi qui y ait placé un minuteur pour la faire exploser à retardement. J'en aurais été capable, certes, mais quand même... On m'accuse à chaque fois qu'il y a un problème. Résultat, j'ai passé la matinée à nettoyer le bureau du directeur. Sans baguette magique. Non, sérieusement, c'était la honte. Je n'ai pas besoin de ma baguette, d'accord, mais quand même... Enfin bref. Un nouveau soupir m'échappe tandis que je m'arrête une nouvelle fois, arraché à mes pensées devant une affiche dans le couloir. Je suis dans les quartiers des Tireurs d’Élite. Oups. J'aurais encore préféré me retrouver du côté des Aurors, je connais un peu plus de monde par-là. Sitôt cette réflexion faite, je me retourne... Et me fige instantanément, une baguette pointée sur ma gorge. Re-oups. Je lève les yeux vers le propriétaire de la baguette... Qui se révèle être une propriétaire. D'accord.

-Si vous pouviez ne pas me lancer de sortilège, ça m'arrangerait beaucoup.

J'accompagne mes paroles d'un petit sourire légèrement incertain. C'est pas que, mais je ne me sens pas complètement à mon aise. Je n'aime pas spécialement être menacé mais je me force à ne pas récupérer ma propre baguette. Certes, je suis un minable duelliste étant donné que je maîtrise mal les sorts d'attaque, mais avec quelques enchantements adéquates, je suis tout à fait capable de m'en sortir. Enfin bref, je sais que je ne fais pas le poids et je ne prétendrai pas une seule seconde le contraire. Je la regarde, mon esprit tournant à plein régime. Si elle me prend pour un intrus, je ne vais pas faire long feu. Pas du tout, même. Alors il ne faut pas que j'attende trop longtemps pour reprendre la parole.

-J'essayais de rejoindre mon bureau mais... Je me suis complètement perdu. La preuve : je suis censé aller au niveau sept, pas au deux.

Je ris un petit peu. C'est débile. Enfin, cela ne me changera pas. J'ai l'impression que beaucoup de mes connaissances ici me prennent pour le rigolo de service. Je sors quand même de Serdaigle, hein. Enfin, tant pis. J'attends avec un peu d'anxiété la réponse de la demoiselle, qu'elle baisse son arme. Si elle veut que je lui montre mon badge, je ne le ferai que lorsque je ne serai plus menacé. Point.



Non ! Cette fois je vous jure que je n'y suis pour rien, je n'ai absolument RIEN fait exploser !
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur


ϟ © AVATAR : Moi
ϟ CELEBRITE : Scarlett Johansson

ϟ HIBOUX : 37
ϟ AVADAKEDAVERISE[E] LE : 03/06/2014
ϟ GALLIONS : 40
ϟ AGE DU PERSONNAGE : 32 ans
ϟ PROFESSION : Tireuse de Baguette d'Elite

(#) ♣ Re: La tireuse et l'inventeur perdu [en cours]
ϟ Posté Dim Oct 12 2014, 10:17 ϟ


Je hais la paperasse. Rectification, j’ABHORRE la paperasse. La simple idée d’avoir à justifier chacun de mes faits et gestes sur parchemin pour que la hiérarchie décide si j’ai suffisamment couvert mes - ou plutôt leurs - arrières ou bien s’ils risquent fort de se retrouver avec un procès sur le cul, auquel cas ils se feront un plaisir de me jeter dans la fosse aux lions, me hérisse le poil. A la limite, si je voyais un seul intérêt à toute cette mascarade je pourrais me forcer un peu. Mais, rien à faire. Les rapports de mission ne sont là que pour faire plaisir aux bureaucrates de service. J’veux dire, on est pas chez les Aurors ici, une fois un type arrêté, on se préoccupe rarement du reste. D’où l’inutilité complète de conserver des piles d’archives pour le cas totalement hypothétique ou on aurait à les ressortir. Non mais c’est vrai quoi, je répète au cas où quelqu’un n’aurait pas encore suivi : on est pas Aurors. On ne se préoccupe pas de comprendre les motifs d’un type pour pouvoir l’interroger en conséquence, on s’contente d’aller chercher les ennemis du Ministre, un point c’est tout. Bon, ça et on va chopper les gosses Nés-Moldus mais cette partie-là est souvent d’un tel ennui que j’ai tendance à l’oublier.

Bref, tout ça pour dire, que ça fait vingt minutes que je devrais être en train d’user ma plume sur le parchemin pour expliquer de A à Z comment Millicent et moi avons accompagné un trio d’Aurors qui travaillent depuis des mois sur une organisation qui produit des contrefaçons de potion de soins dans l’assaut final mais je sèche totalement. Si j’ai bien suivi, l’affaire est arrivée chez les Aurors parce que le patient d’un Guérisseur indépendant est mort des suites de l’absorption d’une simple potion de Régénération sanguine et, après enquête, on a découvert que le crétin avait acheté sans le vouloir de la marchandise de contrefaçon. Autant vous dire que ça en dit long sur ses compétences réelles et que le pauvre gars va avoir du mal à se refaire une patientèle. Enfin, ça ne sont pas mes affaires. Ce qui me concerne c’est qu’en remontant peu à peu la chaîne des fournisseurs, les Aurors ont fini par découvrir où se trouvait le labo principal et, comme le veut le protocole lorsque le nombre de cibles est inconnu, les Aurors ont fait appel à notre Département et c’est Millicent et moi qui avons été désignées pour jouer les back-up. Au final, ça s’est révélé plus facile que prévu. Y’avait une petite dizaine de suspects à l’intérieur et c’était loin d’être tous des pros du Duel donc l’arrestation n’a pas pris grand temps. Sauf que maintenant je me dois me faire chier à décrire les dimensions du labo et l’intégralité des ingrédients qu’on y a retrouvé comme si j’étais une Aurore de plus.

Et, comme je n’arrive clairement à rien, j’ai décidé qu’une pause était de mise et me dirige actuellement vers la cafétéria du Ministère. Y’a de grandes chances d’y croiser une belle brochette de gens intéressants pour ne pas dire d’une stupidité sans borne mais ils font un café passable alors on fait avec. Sauf qu’à peine ai-je fait trois pas en dehors du Bureau qu’au détour d’un couloir, je tombe sur un type hyper louche. Il a un objet non-identifié dans la main et regarde dans tous les sens comme s’il avait peur d’être découvert. Si ce n’est pas une menace, je ne sais pas ce que c’est. Je m’élance donc en toute discrétion sur lui et lui plante ma baguette sous la pomme d’Adam. Il essaye alors de jouer au malin, dommage pour lui, ça ne fait que m’exaspérer encore plus. Sa deuxième tentative fait un peu plus de sens.

Sans baisser ma baguette, je l’observe de haut en bas et constate qu’il porte en effet une robe ressemblant à un uniforme du Ministère. Quel département pas la moindre idée mais le logo me dit quelque chose. Sauf que ça ne prouve rien de son identité, il pourrait parfaitement avoir choppé cette robe n’importe où pour passer inaperçu. Quant à son histoire d’être perdu, je n’y crois qu’à moitié. S’il sait qu’il doit aller au septième qu’est-ce qu’il fout au deuxième ? C’est dans ces moments-là que je regrette de ne pas avoir appris l’organigramme du Ministère par cœur, je pourrais alors me faire une meilleure idée d’où il est censé venir pour savoir s’il ment, s’il dit la vérité ou si sa couverture est réaliste. Enfin, se morfondre sur ce qu’on ne peut pas changer est inutile, je me contente donc de lui jeter un regard particulièrement méfiant et lui adresse la parole.


-J’ai du mal à croire que le Ministère engage des incapables finis, c’est faux, j’en côtoie plus d’un mais ça il n’a pas besoin de le savoir, alors si vous voulez m’convaincre de votre histoire va falloir me donner plus de détails et en particulier une preuve irréfutable que vous travaillez ici. Je vais donc me reculer d’un pas pour vous laisser attraper votre badge mais si vous faites le moindre geste suspect, estimez-vous pétrifié d’avance.

Menace réelle. Ce ne serait pas complètement protocolaire mais 1/ je ne suis pas vraiment le protocole, rien de nouveau sous le soleil et 2/ je suis certaine que je pourrais justifier mes actes comme de la légitime méfiance à l’arrivée d’un étranger dans un département hautement gardé. Les seuls lieux plus gardés que le Département des Tireurs étant après tout, dans l’ordre, le Bureau des Aurors, le Département des Mystères et le Bureau du Ministre himself.


Revenir en haut Aller en bas
 

La tireuse et l'inventeur perdu [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Règlement de l'école :Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Avada Kedavra :: 
♔ autres ♔
 :: 
¤ Londres ¤
 :: Londres Sorcier :: Ministère de la Magie
-